Images de page
PDF
ePub

RÉPERTOIRE

UNIVERSEL ET RAISONNÉ

DE JURISPRUDENCE.

COM.-CON

IMPRIMERIES DE C.-J. DE MAT ET H. REMY , ET DE P.:J. VOGLET.

UNIVERSEL ET RAISONNÉ

DE JURISPRUDENCE,

QINQUIÈME ÉDITION,

RÉDUITE AUX OBJETS DONT LA CONNAISSANCE PEUT ENCORE ÊTRE UTILE,
AUGMENTÉE 10. DE NOTES INDICATIVES DES CHANGEMENS APPORTÉS AUX LOIS ANCIENNES PAR

LES LOIS NOUVELLES, 20. DE DISSERTATIONS, DE PLAIDOTERS ET DE RÉQUISITOIRES SUR LES
UNES ET LES AUTRES, 30. DES CHANGEMENS QUE LES LOIS FRANÇAISES ONT SUBIS, DANS LE

ROYAUME DES PAYS-BAS, DEPUIS L'ANNÉE 1814;
CORRIGÉE ET FONDUE AVEC LES ADDITIONS FORMANT LES TOMES 15, 16 et 17 DE LA 4e ÉDITION;

PAR M. MERLIN,
Ancien Procureur-Général à la Cour de Cassation.

[merged small][graphic][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors][ocr errors][merged small]

UNIVERSEL ET RAISONNÉ

DE JURISPRUDENCE.

COMBLE, COMÉDIEN, No. 1.

on y

COMBLE. C'est le faite d'un bâtiment. fait profession de representer des pièces de Les statuts des maîtres charpentiers, con

théâtre. firmés par lettres-patentes du 11 août 1649, On donne, en général, le nom de Comé. veulent que

la solidité des Combles soit ga. diens aux acteurs et aux actrices qui montent rantie pendant dix ans par les entrepreneurs sur le théâtre, et qui y jouent des rôles, tant qui les ont construits; [[et leur disposition est dans le comique que dans le tragique. confirmée par

le Code civil, art. 1792 et 2270.]] L'art. 216 de la coutume d'Auxerre porte

I. Les troubadours ont été les premiers que, « si le bas d'une maison appartient à un

Comédiens de la France. Ils sont connus, dans » particulier, et le haut à un autre, celui à

notre histoire, sous les noms de trouveurs et » qui appartient le bas, est tenu de construire de jongleurs. Ils réunissaient la qualité d'au. » et entretenir tous les murs de cette maison

teurs à celle d'acteurs. » jusqu'à l'étage qui appartient à l'autre, et Si l'on consulte les anciennes chroniques, » fournir les poutres, solives et aires du plan.

voit

que Charles V, Charles VI, Char. » cher supérieur de sa dépendance; et le pro

les VII et Louis XI, malgré les guerres qu'ils » priétaire du haut est tenu seulement du étaient obligés de soutenir , avaient des bala. » carreau au-dessus dudit plancher et du res dins qui étaient attachés à leur cour, et qui » tant des murs, ainsi que de la couverture executaient différens divertissemens, tels que » de ladite maison ».

des ballets, des pantomimes et des concerts. On retrouve les mêmes dispositions dans la Après les croisades, les pelerinages devin. coutume de Montargis, art. 13; dans celle de rent frequens : les pélerins, à leur retour, Nivernais, art. 3; dans celle de Bourbonnais, pour augmenter l'espèce de vénération que art. 517 et 518; dans celle d'Orléans, art. 257; l'on avait pour eux, et surtout pour exciter dans celle de Berry, art. 15 et 16; et dans la charité du peuple , représentèrent les myscelle de Bretagne, art. 714.

tères de la religion, le martyre et les mira[[ Mais il y est dérogé par l'art. 664 du Code cles des saints, et les aventures les plus remarcivil. ]]

quables qui étaient arrivées aux croisés. QuelV. les Statuts des maîtres charpentiers, que grossières et quelque burlesques que t'Architecture de Bellet , et les Lois des . dussent être ces représentations, elles fixerent timens , avec les Notes de Goupy. V. aussi l'attention de la cour et des grands. Felibien Réparations et Bátimens. (M. Henri de Rr. rapporte en effet qu'en 1378, Charles V, roi CHEPREY. ) *

de France, ayant donné, le jour des Rois, un

grand festin à l'empereur Charles IV et à son * COMÉDIEN. C'est une personne qui ils Wenceslas, roi des Romains, on joua la

TOME V.

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »