Coluche victime de la politique

Couverture
FeniXX réédition numérique - 179 pages
« J’appelle les fainéants, les crasseux, les drogués, les alcooliques, les pédés, les femmes, les Arabes, les Français... Je me présente aux érections pestilentielles ». C’est par cette déclaration tonitruante que Coluche entre ouvertement dans l’arène politique le 30 octobre 1980. Mais le comique l’apprend très vite à ses dépens : on ne joue pas impunément dans la « cour des grands ». Sa candidature officielle est perçue comme un crime de lèse-majesté. On l’aime bouffon, à condition surtout qu’il ne sorte pas de ce rôle. Tout de suite, les portes se ferment, les politiques et les médias serrent les rangs. Coluche est l’intrus qu’il faut chasser.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Informations bibliographiques