Souvenirs de la guerre de Crimee,̀ 1854-1856

Couverture
J. Dumaine, 1867 - 379 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 76 - L'état aigu tourne au permanent. J'ai l'espoir que le retentissement des coups de canon longtemps répétés agira sur mes nerfs et sur ma poitrine. C'est une chance à laquelle je me rattache comme l'homme qui se noie à la branche de saule. La branche cassera peut-être... tout cela est entre les mains de Dieu...
Page 153 - Nicolas, préparation qui fit perdre, de neuf heures el demie à dix heures et demie, un temps précieux, au moment où, les dernières réserves anglaises étant épuisées et les Français n'ayant pu accourir qu'en petit nombre, il n'y avait plus qu'à se jeter sur les lignes anglaises pour les détruire. Nous ne savons ce qu'il ya de vrai dans cette assertion ; mais quelle que soit la cause qui ait motivé cette inaction des Russes au moment décisif, il est avéré que cette inaction leur a été...
Page 77 - C'est une belle manœuvre ! Nous voyons Sébastopol, et, de la ville, on peut apercevoir les feux de nos bivouacs, qui tiennent près de trois lieues. Adieu, je t'écris à la hâte. — Ma santé, ma santé! elle est toujours la même (1).
Page 48 - Les troupes sont pleines de confiance. La traversée, le débarquement étaient assurément deux des éventualités les plus redoutables qu'offrait une entreprise qui est presque sans précédent, eu égard aux distances, à la saison, aux incertitudes sans nombre qui l'entouraient. Je juge que l'ennemi, qui laisse s'accumuler à quelques lieues de lui un pareil orage, sans rien faire pour le dissiper à son origine, se met dans une situation fâcheuse, dont...
Page 77 - Soldats, la Providence refuse à votre chef la satisfaction de continuer à vous conduire dans la voie glorieuse qui s'ouvre devant vous. Vaincu par une cruelle maladie avec laquelle il a lutté vainement, il envisage avec une profonde douleur, mais il saura remplir l'impérieux devoir que les circonstances lui imposent, celui de résigner le commandement dont une santé à jamais détruite ne lui permet plus de supporter le poids. Soldats, vous me plaindrez, car le malheur qui me franpe est immense,...
Page 40 - En admettant que le siège de Silistrie soit levé, rentrez dans le voisinage de Varna, et ne descendez pas au Danube ; on veut que l'armée soit toujours prête à être emportée par la flotte.
Page 184 - ... quand cette armée opère en plein hiver; quand ses alliés enfin, dont elle ne peut, dont elle ne doit pas se séparer, sont hors d'état de rien entreprendre; la force des choses la cloue à l'objectif devant lequel elle est...
Page 98 - Après une lecture fort attentive de cet ordre, j'hésitai et j'insistai sur l'inutilité d'un semblable mouvement et sur les dangers qu'il entraînait. L'aide de camp déclara du ton le plus absolu que l'ordre de lord Raglan était que la cavalerie attaquât immédiatement. « Où, lui demandai-je, et que faut-il faire ? » « Car on ne voyait ni ennemis, ni canons.
Page 19 - C'est un homme qui peut aider grandement la Turquie à se relever; il continuera à jouer avec supériorité le rôle qui lui sera assigné dans cette guerre, quel qu'il soit. La partie qu'il a jouée à Kalafat était bien calculée par lui, comme nous le pensions, et il m'a semblé sensible aux choses élogieuses que je me suis permis de lui dire de tout cœur.
Page 296 - Nos courageux alliés, disait-il, par leur intrépidité et leur audace, ont donné un nouveau lustre à nos armes, et, dans cette occasion, la première où l'armée sarde ait rencontré l'ennemi, elle s'est montrée digne de combattre à côté de la plus grande nation militaire de l'Europe.

Informations bibliographiques