Petite bibliotheque des théatres: Chef d'œuvres de Quinault. Le procureur arbitre

Couverture
Au bureau [de la Petite bibliotheque des théatres], 1785
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 78 - Je suis fils d'un pêcheur, mais non pas d'un infâme; La bassesse du sang ne va point jusqu'à l'âme, Et je renonce aux noms de comte et de marquis Avec bien plus d'honneur qu'aux sentiments de fils; Rien n'en peut effacer le sacré caractère. De grâce, commandez qu'on me rende mon père. Ce...
Page 18 - A qui, Carlos? CARLOS. A mon vainqueur. Qui pourra me l'ôter l'ira rendre à la reine; Ce sera du plus digne une preuve certaine. Prenez entre vous l'ordre et du temps et du lieu ; Je m'y rendrai sur l'heure, et vais l'attendre. Adieu.
Page vi - ... conduite, et n'en aimer pas la représentation. Je me défierois peut-être de l'estime extraordinaire que j'ai pour ce poëme, si je n'y étois confirmé par celle qu'en a faite un des premiers hommes de ce siècle, et qui non seulement est le protecteur des savantes muses dans la Hollande, mais fait voir encore par son propre exemple que les graces de la poésie ne sont pas incompatibles avec les plus hauts emplois de la politique et les plus nobles fonctions d'un homme d'état.
Page 6 - Tel donne à pleines mains qui n'oblige personne : La façon de donner vaut mieux que ce qu'on donne.
Page xix - Celui qui ne peut faire ni une vraie comédie, \ ni une vraie tragédie, tâche d'intéresser par des aventures bourgeoises attendrissantes : il n'a pas le don du comique ; il cherche à y suppléer par l'intérêt : il ne peut s'élever au cothurne ; il rehausse un peu le brodequin.
Page 51 - Que vous peur offenser sa flarnme ou sa rerraire, Puisque vous n'aspirez qu'à vous en voir défaire? Je ne sais pas s'il aime ou Donc Elvire , ou vous ; Mais je ne comprends poinr ce mouvemenr jaloux. D. ISABELLE. Tu ne le comprends poinr ! Er c'esr ce qui m'éronne. Je veux donner son caur, non que son cœur le donne.
Page 13 - Je montai le premier sur les murs de Séville, Et tins la brèche ouverte aux troupes de Castille. Je ne vous parle point d'assez d'autres exploits, Qui n'ont pas pour témoins eu les yeux de mes rois. Tel me voit et m'entend, et me méprise encore, 230 Qui gémirait sans moi dans les prisons du More.
Page 56 - Sanche n'esr pas; Mais si vous en voulez croire la voix publique , Er que norre pensée avec elle s'explique , Ou le ciel pour jamais a repris ce héros , Ou cer illusrre Prince esr le vaillanr Carlos. Nous le dirons rous deux , quoique suspecrs d'envie , C'esr...
Page 17 - Qui me rapportera l'anneau que je lui donne Recevra sur-le-champ ma main et ma couronne. Allons, reines, allons; et laissons-les juger De quel côté l'amour avoit su m'engager. SCÈNE IV.
Page 113 - ... revenir prendre possession d'un royaume qui leur appartenoit. Depuis leur départ, ces deux tyrans ayant été tués en la prise de Jaca , don Raymond, qu'ils y tenoient prisonnier depuis six ans, apprend à ces peuples que don Sanche , leur prince , étoit vivant , et part aussitôt pour le chercher à Rubierça, où il apprend que le pêcheur, qui le croyoit son fils , l'avoit perdu depuis huit ans, et l'étoit allé chercher en...

Informations bibliographiques