Précis historique du canal de Languedoc ou des deux mers, servant d'explication au plan en relief de ce canal

Couverture
Fain, 1810 - 37 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 15 - Le t4 janvier ijjo, une secousse de tremblement de terre forma une brèche dans cette partie , de quinze toises de longueur, sur huit toises de largeur ; la métairie au-dessous fut emportée, et le moulin endommagé. On forma un radier en...
Page 10 - Mais par le plus grand malheur du » monde , on n'a jamais entendu le fond de cet ouvrage , et • l'entrepreneur, qui en a été aussi l'inventeur, n'a été ni • conduit ni aidé comme il le devoit être .,. ni « selon sa note , qu'il proposa la dérivation des eaux J jj
Page 15 - Plaît de la ('5) fasse , une portion de la rigole y fut engloutie. Après avoir essayé en vain de le combler, on prit le parti de jeter sur son ouverture une voûte en maçonnerie, sur laquelle les eaux commencèrent à couler.
Page 15 - O1t entonnoir^ de douze toises de longueur sur sept toises de largeur, et quatre toises de profondeur, -qui engloutit les terres voisines et les eaux, sans qu'on pût découvrir leur sortie ; on le ferma au moyen d'un arceau appuyé sur deux rochers solides , et l'on maçonna la rigole sur environ cent toises de longueur. • Un peu plus loin...
Page 16 - croupe de pâturages qui domine un plateau montueux' » forme à 1210 mètres le point culminant du massif qui s'abaisse par des pentes rapides sur les gorges de la haute Thoré. « Le granit commun, qu'on appelle vulgairement granit à gros grains, est la base constante et unique de tout le terrain de la montagne Noire ; il s'y montre toujours sous la même apparence; il ne forme que des collines basses et aplaties dans lesquelles il reste enseveli sous la couche de terre où végètent les chênes...
Page 13 - Ire voie romaine , depuis Bordeaux jusqu'au centre des Pyrénées, vers la vallée de Campan ; on en remarque les traces sur la crête qui sépare le bassin de la Garonne de celui de l'Adour : cette route est une preuve de l'intelligence avec laquelle les Romains dirigeaient les constructions de ce genre. Tracée entre les sources des ruisseaux et rivières qui se jettent dans les deux fleuves, elle se prolonge sur une longueur de plus de soixante lieues sans aucun pont. 'L'Itinéraire...

Informations bibliographiques