Images de page
PDF
ePub

2. Pendant la dernière semaine du carnaval. le Saint-Père a continué le cours de ses visites soit à des églises, soit à des institutions religieuses, et le jeudi 19 février, c'est l'établissement de la Civiltà cattolica qui a été honoré de la présence de Pie IX. Ce jour là, le P. Curci, qui dirige avec tant de talent la célèbre Revue publiée par les Jésuites de Rome, s'étoit rendu à l'audience du Souverain-Pontife pour lui faire hommage, comme d'usage, du numéro nouvellement paru. Sa Sainteté lui fit espérer qu'Elle iroit, sans tarder, visiter le local de la typographie de la Cirillà; mais aucun jour n'avoit été déterminé; aussi, grande fut la surprise du P. Curci quand, quelques heures après, on vint en toute hâte lui annoncer l'arrivée du SaintPère. Le Pape étoit sorti à pied du Vatican, et après avoir traversé la place de Saint-Pierre, il se dirigeoit en se promenant vers la place Scossa Cavalli. C'est dans l'édifice dei convertandi que résident aujourd'hui les Pères de la Compagnie de Jésus qui concourent à la rédaction de la Civiltà. Ils y vivent en communauté distincte des autres maisons de la Compagnie; l'œuvre commune semble être sortie d'une seule plume. On comprend combien les vénérables rédacteurs ont été heureux et reconnoissants de l'auguste encouragement que leur apportoit la présence du Saint-Père. Mais le Pape désiroit voir le tirage de quelques feuilles d'impression, et à l'occasion du carnaval on avoit donné congé aux typographes; c'est à grand'peine que l'on a pu trouver le contre-maître et un jeune apprenti, et à eux deux ils réussirent à faire mouvoir les presses à la satisfaction de Pie IX. 3. Le Moniteur français publie la correspondance suivante, en date de Rome, le 5 mars:

« Le ministre des travaux public vient de faire publier, d'après les relevés qui lui ont été fournis par les municipalités de Rome et des provinces, un travail statistique sur la population des Etats pontificaux. Il résulte de ce document que la population, qui étoit, en 1816, de 2.354,721 âmes; en 1835, de 2,752,436, et en 1844, de 2,929,807, s'est élevée, en 1853, à 3,124,668. Elle s'est donc accrue, de 1816 à 1855, c'est-à-dire en trente-sept ans, de 770,497 âmes, ce qui feroit un quart environ.

Pays-Bas. 1. Le 15 mars Mgr l'évêque de Ruremonde a conféré, dans l'église du petit séminaire à Rolduc, la prêtrise à M. Slits, un des professeurs de l'établissement, la tonsure et les ordres mineurs à 7 membres de la Congrégation du T.-S. Rédempteur et à un élève du séminaire, le diaconat à 7 autres membres de la même congrégation. Le lendemain, Mgr Parédis a présidé une très-belle et très-touchante cérémonie, au couvent des Rédemptoristes à Wittem; 300 membres de la Sainte-Famille ont fait leur offrande solennelle. Le jour suivant (le 17), le Prélat a consacré un nouvel autel en l'honneur de la Sainte-Vierge, et ensuite officié pontificalement.

2. Une lettre du 2 janvier 1857, écrite par M. Verhaagh, missionnaire à Padang (côte occidentale de Sumatra), nous apprend que la première église érigée dans cette ile, a été ouverte et bénite le 12 décembre 1856 par M. Lynen, curé de l'endroit. Cette église, construite en forme de croix latine et munie d'une tour, comprend une étendue de plus de 400 mètres carrés. Le toit, les fenêtres, le banc

de communion et la grille du chœur sont en fer coulé. Ces ouvrages ont été faits sous la direction éclairée de M. Van der Hoeven, ancien professeur à l'Académie de Bréda et aujourd'hui capitaine du génie à Maastricht. L'église est consacrée à S. François-Xavier, apôtre des Indes.

3. Une nouvelle église en style gothique va être construite à Flessingue, d'après le plan de l'habile architecte M. Molkenboer. La vieille église, très-caduque, qui peut à peine contenir 300 personnes, tandis que le nombre des catholiques de la paroisse s'élève à 2,300, sera démolie.

4. S. M. la Reine, généralement connue par sa bienfaisance, a daigné faire parvenir une magnifique table en acajou, chargée d'ornements précieux, à la Société de S. Vincent-de-Paul à Maastricht, qui a organisé une tombola en faveur des pauvres de la paroisse StServais. Deux vases ornés de peintures ont été donnés par la mème princesse, à la Société de St-Vincent à Delft.

5. DECES. Ruremonde. M. van Swambagt, curé à Amby près Maastricht, est décédé le 9 mars, à l'âge de 57 ans. Breda. M. Van Stralen, ancien professeur au petit séminaire d'Oudenbosch, est décédé le 3 février à Breda. M. Schrauwen, recteur de la maison des orphelins à Breda, est décédé le 17 février. — M. Verkuylen, ancien curé à Overlangel (diocèse de Bois-le-Duc), est décédé le 18 février à Ravenstein, âge de 75 ans. Utrecht. M. Zaad, ancien curé de Stoppeldijk en Zélande, est décédé le 2 mars à Ouden-Rijn, à l'âge de 60 ans. Harlem. M. Van Leek, curé de Bodegraven et Swammerdam, est décédé le 9 février.

[ocr errors]

6. Utrecht. Le R. P. Guillaume Stas, ancien curé de l'église des Augustins à Utrecht. est décédé le 8 février, âgé de 86 ans. Il étoit né à St-Trond en Belgique le 2 avril 1771. A peine âgé de 20 ans, il s'étoit engagé dans l'Ordre des Ermites de S. Augustin à Malines. 7. NOMINATIONS. Ruremonde. M. Claessens, curé à Jabeek, a été transféré à la cure de Ste Gertrude. Breda. M. Stapels, prètre du séminaire, a été nommé professeur au petit séminaire d'Oudenbosch, en remplacement de M. Vermunt, démissionnaire.-M. Lauwerijssen, 9me vicaire à 's Princenhage, a été nommé vicaire à Hontenisse, en remplacement de M. Boerkamp, qui a passé dans le diocèse d'Harlem. M. Peeters, prètre du seminaire, a été nommé 2me vicaire å 's Princenhage.

France. 1. Les difficultés survenues entre Mgr de Dreux-Brézé, évêque de Moulins, et le clergé de son diocèse, ont malheureusement amené cette affaire devant le Conseil d'Etat. Le Moniteur vient de faire, à propos de ce conflit, la déclaration suivante:

« Plusieurs journaux étrangers, entraînés par l'esprit de parti ou trompés par des correspondances malveillantes, ont présenté la poursuite dirigée contre l'évêque de Moulins, devant le Conseil d'Etat, comme l'effet de rancunes politiques.

» Il seroit indigne du gouvernement de Sa Majesté de discuter de pareilles insinuations, si contraires à ses sentiments de sagesse et de loyauté. La vérité et le pays tout entier la connoît est que le prélat poursuivi pour cause d'abus a suscité dans son diocèse, par

une conduite imprudente, de profondes antipathies, et qu'il a ainsi compromis les intérêts de la religion et ceux de l'ordre public.

» Les populations du département de l'Allier se sont émues, et leurs représentants les plus élevés et les plus honorables n'ont pas hésité de s'associer à leurs réclamations.

L'empereur a reçu lui-même deux pétitions, signées par plus de trois mille habitants dans la scule ville de Moulins, et ces pétitions attestent les graves dissentiments qui existent entre l'évêque et ses diocésains.

» Le gouvernement, en présence de plaintes sérieuses et d'actes répréhensibles, avoit à remplir un devoir de surveillance et de protection. Il a donc usé de l'unique voie, de protestation qui soit consacrée par nos lois organiques, en même temps qu'il avertissoit le Saint-Siége de l'état des choses. Il a agi sans passion comme sans foiblesse.»

2. La souscription nationale pour l'érection d'une statue monumentale de la Sainte-Vierge sur le rocher de Corneille, au Pay, s'élève aujourd'hui à 207,573 fr. 35 c.

Naples. On écrit de cette ville, le 26 février :

«Pendant le mois dernier, le Roi et le prince héréditaire ont présidé de fréquentes conférences ecclésiastiques, auxquelles assistoient les Archevêques de Naples et de Capoue, les Cardinaux Riario et Cozenza, l'Archevêque de Sorrente, Mgr Appuzo, et l'Evêque d'Iternia, Mgr Saladino. Ces prélats, conjointement avec le président du consei!, chevalier Troja ont travaillé à rédiger un concordat avec la cour de Rome, semblable à celui qui a été conclu l'année dernière entre le gouvernement autrichien et le Saint-Siége.

Suisse. Par décret du grand conseil du 20 février, l'église catholique de Berne a été reconnue comme paroisse jouissant des mèmes prérogatives que toute autre paroisse catholique du canton de Berne. Le décret du 26 juin 1856 ne la désignoit que comme une communauté.

NOUVELLES DES LETTRES, DES SCIENCES ET DES ARTS.

1. Le livre de la première communion, contenant les prières, instructions, exercices et avis pratiques, propres à préparer les enfants à cette grande action et à assurer la persévérance; par un prètre du diocèse de Liége. Liége, 1857 chez Lardinois; in-24 de 516 p. Prix 1 fr. Ce petit volume contient d'abord les prières journalières. Ensuite vient l'ouvrage proprement dit, qui se compose de petites instructions et de courtes méditations sur la première communion. Il se divise en quatre parties : la première, préparation éloignée, embrasse les mois ou même l'année qui précède la première communion; la deuxième traite de la préparation prochaine, c'est-à-dire de la confession et de la retraite des enfants; la troisième est consacrée au jour de la première communion; la quatrième contient différents exercices pour le lendemain de la première communion. L'approbation ecclésiastique dont l'ou

vrage est revêtu, suffiroit seule pour en recommander l'usage. Voici comme s'exprime Mgr Jacquemotte, vicaire-général : « Cet ouvrage est propre à atteindre le but que l'auteur s'est proposé : le plan en est méthodique et complet; le style simple et clair; tout, jusqu'au choix des prières, des exercices et avis pratiques, révèle chez l'auteur une expérience dont pourront avantageusement profiter ceux qui comme lui s'occupent de la Première Communion des enfants. »

Prières et affections dévotes avant et après la sainte communion pour toutes les fêtes de l'année. Malines, chez H. Dessain. 1 vol. in-18 de 560 p. avec grav. Prix broché fr. 1-50. Ce pieux recueil rappelle, par son onction et par sa simplicité, quelques chapitres de l'Imitation de J.-C. De même que l'auteur de ce livre, le plus beau qui soit sorti de la main des hommes, l'écrivain des prieres et affections a voulu garder l'anonyme, sans doute par un sentiment d'humilité, laissant ignorer au monde la main qui lui donnoit. dans ce recueil, une charité spirituelle. Plusieurs éditions de cet ouvrage furent publiées à Liége dans le courant des deux derniers siè cles, et plus tard à Bruxelles puis en France. Mais depuis nombre d'années elles étoient devenues introuvables. Il est vrai que dernièrement ce livre de piété a été reproduit en France par lambeaux ; mais il étoit tellement modifié, qu'on ne le reconnoissoit plus sous cette tournure nouvelle. Nous savons gré à M. Dessain de l'avoir reproduit intégralement, sauf l'orthographe, qu'il a eu soin de faire corriger. Nous croyons que les fidèles pourront y puiser, comme à une source pure, de suaves et tendres affections, en même temps qu'ils y trouveront des sujets de solides méditations sur les mystères de la foi, la vie et la passion du Sauveur, et les principales fêtes de l'année chrétienne. Le cœur et l'esprit y trouveront un précieux aliment. Nous le recommandons en particulier aux fidèles qui font un usage fréquent de la sainte communion.

5. La Salette vengée, ou réponse aux attaques les plus récentes contre l'apparition de la Sainte Vierge sur la montagne de la Salette, Je 19 septembre 1846; Lettres à M. Poinsot, ministre protestant à Charleroi, par l'abbé Doyen, prêtre du diocèse de Namur, bachelier en théologie de l'Université catholique de Louvain, membre de la Société littéraire de la même université, suivies de deux opuscules inédits de M. Rousselot, vicaire-général de Grenoble, et de réflexions pieuses sur la partie extérieure de l'apparition de la Salette. Namur 1857 chez Wesmael-Legros; Paris chez Pelagaud. Vol. in-12 de 528 p. Prix 2 frs. L'auteur, curé de Villers-en-Fagne, nous assure que le livre « est publié avec l'assentiment de ses supérieurs, et qu'il a été revu par des hommes très-compétents, qui s'en sont montrés très-satisfaits. »

4. A l'approche de la fête de Pâques, nous rappelons au clergé et aux fidèles les deux livres suivants, dont M. Casterman à Tournai vient de faire une nouvelle édition, et qui n'ont pas besoin d'éloges : 1 Instructions pour la première communion, distribuées pour chaque jour de la semaine, depuis le dimanche de la Septuagesime jusqu'au 3o dimanche après Pâques inclusivement; à l'usage des enfants qui se préparent à la première communion; par M. l'abbé Re

2. Médita gnault. Tournai 1856, vol. in 18 de 304 p. avec grav. tions et sentiments sur la sainte communion, pour servir de préparation aux personnes pieuses qui s'en approchent souvent; augmentés d'actions de grâces et des Méditations d'un solitaire en retraite pendant l'octave du saint Sacrement; par le R. P. Avrillon, religieux minime. Nouvelle édition, revue et corrigée par l'abbé A-J. D. Tournai 1857; vol. in-8 de 428 p. avec grav.

5. M. Casterman vient de publier aussi deux ouvrages utiles et intéressants, ornés de belles gravures, à l'usage des enfants, savoir: 1o Le conteur de l'enfance, renfermant 80 contes pour les enfants, par le chanoine Schmid, traduit de l'allemand par Me Pauline Braquaval, née L'Olivier. Tournai 1857, beau vol. in-8° cartonné illustré de 4 sujets à deux teintes et d'une magnifique couverture en couleurs Pr. 2 frs 50. 2° Violettes, récits moraux et amusants, trad. de l'allemand d'Ottmar Lautenschlager, prètre de l'archevêché de Munich, par la mème.Tournai 1857, beau vol. in 12 cartonné illustré de 4 sujets à deux teintes et d'une magnifique couverture en couleurs P. 2 frs. 6. Recueil de 25 messes, divisé en cinq séries et arrange par J. Disy. Namur 1857, chez Douxfils; in-8, de 196 p. Prix 2 frs 50. L'auteur a fait imprimer, à la suite de ces messes en plain-chant, le jugement qu'en ont porté plusieurs ecclésiastiques, et entre autres celui du R. P. Girod, qui s'exprime ainsi : « Les messes de ce recueil, conçues en style moderne, sont généralement d'un bon sentiment; elles renferment quelques passages qui se rapprochent de la musique elles sont pieuses et bien par la tonalité et la mélodie; en somme,

conduites. »

7. OFurres de Benoit Quinet. Troisième édition. Mons 1856, chez Masquillier; beau vol. in-8° de 334 p., contenant: Dunton chez les contemporains illustres, pièces satyriques sous différents titres; De la charité catholique, avec des notes additionnelles ; de la poésie. Ces deux derniers morceaux sont en prose. Le Hainaut nous fournit plusieurs poètes français qui font honneur à la Belgique et parmi lesquels M. Benoit Quinet une des premières places On promet du même auteur, pour paroître bientôt: Souve~ nirs de Danton, sept pièces sous différents titres: Nouvelles éludes sociales, politiques, littéraires comprenant: De la défense d'office en matière criminelle; des causes de la révolution de février; du théâtre français actuel au point de rue moral.

8. Cours complet d'instructions pratiques sur la doctrine chrétienne, à l'usage du clergé des villes et des campagnes, par Zwickenpflug, chanoine et conseiller épiscopal de Ratisbonne. Trad. sur la 2me édition allemande, par M. Gyr, curé de Vierset, diocèse de Liége. Tome douxième. Bruxelles 1857, chez Goemaere; vol. in-12 de 311 p., comprenant le chap. IV, de la justice chrétienne, seconde division, deuxième partie, de la justice chrétienne. En voici le détail 2 instructions sur les vertus et les bonnes œuvres que la justice chretienne nous impose en général; 2 instructions sur les vertus en général; 2 id. sur les vertus théologales; 4 instructions sur les vertus morales cardinales ; 7 instructions sur les vertus opposées aux péchés capitaux ; 6 instructions sur les devoirs que JésusChrist a spécialement imposés à ses disciples.

« PrécédentContinuer »