Bibliothèque universelle des romans

Couverture
Au Bureau., 1787
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 62 - ... en partie naturelle, en partie miraculeuse, et qu'elle avait été envoyée de Dieu à cet enfant pour consoler les chrétiens affligés par les Turcs. Figurezvous quelle consolation, et quel rapport de cette dent aux chrétiens, ni aux Turcs.
Page 123 - Et cette illusion pour quelque temps répare Le défaut des vrais biens que la nature avare N'a pas accordés aux humains.
Page 57 - L'expédient dont il s'avisa fut de conseiller aux Sylphes de se montrer en l'air à tout le monde ; ils le firent avec magnificence ; on voyoit dans les airs ces créatures admirables en forme humaine, tantôt rangées en bataille, marchant en bon ordre, ou se tenant sous les armes, ou campées sous des pavillons superbes : tantost sur des Navires aériens d'une structure admirable, dont la flotte volante voguoit au gré des Zephirs.
Page 62 - En 1593, le bruit courut que les dents étant tombées à un enfant de Silésie, âgé de sept ans, il lui en était venu une d'or à la place d'une de ses grosses dents.
Page 1 - Romans, ouvrage périodique, dans lequel on donne l'analyse raisonnée des Romans anciens & modernes, François, ou traduits dans notre langue ; avec des Anecdotes & des Notices...
Page 16 - C'est la faute des dieux, et non pas des mortels ? De toute la vertu sur la terre épandue, Tout le prix à ces dieux, toute la gloire est due ? Ils agissent en nous quand nous pensons agir ; Alors qu'on délibère, on ne fait qu'obéir; Et notre volonté n'aime, hait, cherche, évite...
Page 63 - Il ne manquoit autre chofe à tant de beaux ouvrages , finon qu'il fût vrai que la dent étoit d'or. Quand un orfèvre l'eut examinée, il...
Page 148 - Ouffte, servant de préservatif contre la lecture des livres qui traitent de la magie, des démoniaques, des sorciers, etc. On l'a réimprimée en 1784. Cet Ouffle est un homme à qui la lecture des démonographes a fait perdre la lète.
Page 58 - Débonnaire, imposèrent de grieves peines à tous ces prétendus tyrans de l'air. Voyez cela dans le premier chapitre des Capitulaires de ces deux empereurs. Les sylphes voyant le peuple, les pedans...
Page 64 - Et perfonne n'ofe s'en plaindre : Chacun l'excufe & le chérit ; ; ; '• Et s'il arrive quelque hiftoire ',, On s'en prend au malin efprit A qui l'on en fait bien acroirc.

Informations bibliographiques