Histoire de la littérature Grecque profane: depuis son origine jusqu'á la prise de Constantinople par les Turcs, suivie d'un précis de l'histoire de la transplantation de la littérature Gr. en Occident, Volume 2

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 356 - Les cyniques sont ainsi nommés, à cause de la liberté de leurs paroles et de leur amour pour la vérité ; car on trouve que le chien a, dans son instinct, quelque chose de philosophique et qui lui apprend à distinguer les personnes; en effet, il aboie à la vue des étrangers, et flatte les maîtres de la maison : de même les cyniques accueillent et chérissent la vertu et ceux qui la pratiquent, tandis qu'ils repoussent et blâment les passions et ceux qui s'y abandonnent, quand même ils...
Page 149 - Il fait parler et agir ses personnages de manièi* /qu'on croit être à la fois juge et témoins des événements auxquels ils ont coopéré. Il ne disserte pas sur la politique; il ne dogmatise pas sur la morale ; ses leçons sont dans le récit et ses maximes dans le résultat. Faut-il discuter des intérêts, établir des principes t C'est l'objet des discours qui préparent l'action ou qui en dépendent et en indiquent les causes.
Page 270 - I think he must have little skill in painting that cannot find out this to be an original ; such diversity of passions, upon such variety of actions and passages of life and government, such freedom of thought, such boldness of expression, such bounty to his friends, such scorn of his enemies, such honour of learned men, such esteem of good, such knowledge of life, such contempt of death, with such fierceness of nature and cruelty of revenge, could never be represented...
Page 333 - J'ai montré pourquoi les ennemis de Socrate n'osèrent déclarer ouvertement le crime dont ils le trouvoient coupable: l'amnistie jurée si solennellement trois ans auparavant, ne leur permettoit pas d'intenter contre lui une semblable accusation; mais, comme les Héliastes qui dévoient le juger, étoient tous des hommes du peuple et partisans zélés de la démocratie, les accusateurs de Socrate étoient bien sûrs qu'il suffiroit d'accuser Socrate pour qu'il leur parût coupable. 4. Que l'accusation...
Page 219 - C'est un secret inviolable et sacré que voit* apprendrez lorsque vous serez arrivé, seul avec moi, dans l'endroit où je vous mène ; je ne saurais le révéler à personne, pas même à mes filles, malgré toute la tendresse que j'ai pour elles. Soyez observateur fidèle du silence, et quand la fin de vos jours approchera, ne révélez ce secret qu'au digne successeur que vous aurez, et celui-ci au sien, d'âge en âge. Par ce moyen, votre cille n'aura jamais rien à craindre des attaques des...
Page 219 - Dans tout ce récit, il ne manque que le nom exprès de testament; mais il est on ne peut pas plus clair qu'OEdipe lègue à la ville d'Athènes son corps et tous les avantages qui dévoient en résulter, à condition que Thésée et ses successeurs garderont le secret de sa sépulture , de peur que son corps ne soit enlevé et transporté chez les Thébains, devenus ses ennemis mortels. On y voit, en un mot, que, par cet...
Page 55 - J'ai cru en cela me conformer à l'idée que nous avons maintenant. de cette princesse. La plupart de ceux qui ont entendu parler d'Andromaque ne la connaissent guère que pour la veuve d'Hector et pour la mère d'Astyanax. On ne croit point qu'elle doive aimer ni un autre mari ni un autre fils...
Page 221 - Salyrus le ranima et lui donna des leçons. Démosthène mit en usage une obstination infatigable et ingénieuse pour former sa voix, fortifier sa poitrine , corriger ses gestes , et acquérir ce grand art de l'action , qu'il estimait le premier de tous, sans doute en proportion des efforts qu'il lui avait coûté. Il ne poursuivait pas avec moins de zèle l'étude du style et de l'éloquence. Les anciens nous parlent de ce cabinet souterrain , dans lequel il demeurait enfermé plusieurs mois, la...
Page 368 - Socrate, qui ne s'occupait point de physique, se vit cependant condamné à mort en haine de la philosophie. Ce ne fut que longtemps après lui que la doctrine de Platon , ayant jeté ce vif éclat qu'elle...
Page 222 - Le caractère iprc et violent de Démosthène. le portait au rôle d'accusateur, si pénible pour Cicéron ; il le remplit plus d'une fois en son nom et pour ses propres...

Informations bibliographiques