Histoire de l'Académie royale des sciences avec les mémoires de mathématique et physique, Volume 2

Couverture
Charles-Estienne Hochereau, 1747
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 318 - Sur la culture et l'exploitation des forêts. Dans les arts qui sont de nécessité première , tel que l'agriculture , les hommes , même les plus grossiers , arrivent à force d'expériences à des pratiques utiles: la manière de cultiver le blé, la vigne , les légumes et les autres productions de la terre , que l'on recueille tous les ans , est mieux et plus généralement connue que la façon d'entretenir et cultiver une forêt; et , quand même la culture des champs...
Page 331 - ... les jeunes arbres commencent à croître de moins en moins , il faut les faire couper jusqu'à terre au mois de mars , et l'on gagnera un grand nombre d'années. Le jeune arbre , livré à lui-même dans un terrain fort et serré ne peut étendre ses racines , la terre trop dure les fait refouler sur elles-mêmes , les petits filets tendres et herbacés qui doivent nourrir l'arbre et former la nouvelle production de l'année, ne peuvent pénétrer la substance trop ferme de la terre ; ainsi ,...
Page 318 - ... naturel de penser que les hommes ont donné quelque attention à la culture des bois ; cependant rien n'est moins connu , rien n'est plus négligé : le bois paroît être un présent de la nature , qu'il suffit de recevoir tel qu'il sort de ses mains.
Page 333 - Les auteurs d'agriculture sont bien éloignés de penser comme nous sur ce sujet; ils répètent tous les uns après les autres que pour avoir une futaie , pour avoir des arbres d'une belle venue, il faut bien se garder de couper le...
Page 501 - ... soupçon qui fut pour lui un trait de lumière, et auquel il dut le fait, sans contredit, le plus important de tout son travail. Voici comment il rend compte lui-même de ce beau fait. « Trois cochons , dit-il , furent destinés à éclaircir mes doutes. « Le premier, qui était âgé de six semaines , fut nourri pendant un mois avec la nourriture ordinaire , dans laquelle on mettait tous les jours une once de garance. Au bout du mois, on supprima la garance, et, l'ayant nourri à l'ordinaire...
Page 502 - Les os de la jambe de cet animal avaient alternativement deux couches blanches et deux couches rouges, parce qu'on l'avait remis deux fois à l'usage de la garance. « A l'égard du troisième , il a été traité comme celui dont je viens de parler, excepté qu'on a fini par le remettre à l'usage de la nourriture ordinaire pendant plusieurs mois , ce qui fait que ses os sont recouverts par une couche blanche , et qu'il faut les scier pour découvrir les deux couches rouges. »(i) Tout , dans ces...
Page 330 - ... est de planter les glands à la pioche sans aucune culture précédente ; mais il ne faut pas les abandonner comme les premiers, au point de les perdre de vue...
Page 320 - Un terrein couvert ou plutôt à demi-couvert de genièvres, de bruyères, eft un bois à moitié fait, & qui peut-être a dix ans d'avance fur un terrein net & cultivé: voici ks obfervations qui m'en ont afluré.
Page 558 - ... premier lieu, comme cette fille avoit les yeux ouverts, je crus que la feinte, s'il y en avoit, ne pourroit tenir contre un coup de la main appliqué brusquement au visage ; mais cette expérience réitérée ne lui fit pas faire la moindre grimace et elle n'interrompit point le fil de son discours. Je cherchai un autre expédient, ce fut de porter rapidement le doigt contre l'œil et d'en approcher une bougie allumée assez près pour brûler les cils des paupières, mais elle ne clignota seulement...
Page 332 - Je voyois que ia racine n'avoit pas la force de nourrir ces grandes tiges, cela me détermina à les faire couper ; je fis faire la même opération aux plus petits les années...

Informations bibliographiques