Journal des Savants

Couverture
Éditions Klincksieck, 1742
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 2251 - Diflertations fur l'union de la Religion, de la Morale & de la Politique , tirées d'un Ouvrage de Guill.
Page 1743 - Ecoles deSorbonne, le Panégyrique du Roi, que la Ville venoit de fonder. On n'y vit jamais un Auditoire plus nombreux & plus choilî.
Page 1742 - II joignoit à ces talens un zélé infatigable , & un tel difccrncment des efprits , qu'il voyoit tout d'un coup ce dont ils pouvoient être capables > & la route qui devoit les y conduire.
Page 1739 - Bourfier étoit Empereur, ce qui lui arrivoit fouvent , il lui envoyoit la même gratification qu'il avoit coutume de donner à fes fils, & ceux - ci l'aimoient, quoique leur rival : ils l'amenoient chez eux dans leur carofle...
Page 1762 - ... plufieurs ftatues des plus excellens maîtres. Jamais perte n'auroit été moins réparable que celle d'un pareil dépôt...
Page 1748 - L'élégance & la pureté de fou ftile furent donc un nouveau fpe&acfe auquel on ne s'attendoit point : il fembloit les avoir acquifes dans le moment , par la feule envie d'être plus utile. L'Académie Françoife elle-même en a fouvent rendu témoignage.
Page 1749 - Il en étoit refté , dans le Tome précédent, à la mort de Philippe, à qui Perfée fon fils fuccéda dans le Royaume de Macédoine. Il a enfuite réuni enfemble , fous différens titres, tous les évènemens qui fe trouvent mêlés, pendant l'efpace...
Page 1739 - ... avantages de l'émulation , ne chercha qu'à l'augmenter. Quand le jeune bourfier étoit Empereur , ce qui lui arrivoit fouvent , il lui envoyoit la même gratification qu'il avoit coutume de donner à fes fils...
Page 2107 - Le corps de l'animal eft couvert d'un grand nombre de tuyaux remplis de pores , dans lefquels s'élève la liqueur dont il fe nourrit. Cette liqueur eft mêlée de parties vifqueufes , qui fe raflemblent fur la furface du corps de l'animal , s'y étendent fucceflivement , s'y épailliflent & s'y figent.
Page 1762 - Mumius en recommandant le foin de cet amas précieux à ceux à qui il le confioit, les...

Informations bibliographiques