Dictionnaire historique: ou, Biographie universelle des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, depuis le commencement du monde jusqu'a nos jours, Volume 20

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 171 - persévérance s'attache à une étude un homme d'es« prit dont elle est le plus grand plaisir, et un homme « de bien dont elle est devenue le devoir essentiel. » « Il avait cette innocence et cette simplicité de mœurs « que l'on conserve ordinairement quand on a moins de « commerce avec les hommes qu'avec les livres; et il « n'avait point cette rudesse et une certaine fierté sau« vage que donne assez souvent le commerce des livres
Page 27 - Rocheposay , évèque de Poitiers, contre ceux qui disent qu'il n'est pas permis aux ecclésiastiques d'avoir recours aux armes en cas de nécessité, 1615, in-8".
Page 202 - Il n'a point vu tout ce qu'il a fait, mais il a fait tout ce que nous voyons. Les observateurs éclairés, ceux qui sauront écrire l'histoire, prouveront à ceux qui savent réfléchir, "que le premier auteur de cette grande révolution * qui étonne UEurope et répand de tous côtés l'espérance chez les peuples et l'inquiétude dans les cours, c'est, sans contredit Voltaire.
Page 204 - Que les philosophes véritables fassent une confrérie comme les francs-maçons, qu'ils s'assemblent, qu'ils se soutiennent, qu'ils soient fidèles à la confrérie, et alors je me fais brûler pour eux. Cette académie secrète vaudrait mieux que l'académie d'Athènes et toutes celles de Paris. Mais chacun ne songe qu'à soi, et on oublie le premier des devoirs, qui est d'anéantir l'inf Confondez l'inf...
Page 203 - C'est lui qui a rendu la raison populaire, et si le peuple n'eût pas appris à penser, jamais il ne se serait servi de sa force. C'est la pensée des sages qui prépare les révolutions politiques ; mais c'est toujours le bras du peuple qui les exécute.
Page 136 - C'est un ample recueil contenant des extraits d'écrivains sacrés et profanes, où l'on trouve rassemblé dans un seul corps tout ce qui a paru de plus utile à l'auteur. Cette collection...
Page 26 - Il est vrai, répondit l'abbé tout transporté ; je vous confesse que Dieu m'a donné, et me donne de grandes lumières. Il m'a fait connaître qu'il n'ya plus d'Église.
Page 208 - ... l'Ecriture comme la seule règle de la foi, et chaque particulier comme le juge du sens de l'Ecriture. Ils interprétèrent donc ce que l'Ecriture dit sur la grâce et sur la prédestination, conformément aux principes d'équité et de bienfaisance qu'ils portaient dans leur cœur et dans leur caractère ; ils ne se fixèrent pas dans...
Page 27 - ... L'Église est son épouse.; il ne l'abandonnera jamais, le Saint-Esprit l'assiste toujours. Cet abbé lui répondit : II est vrai que Jésus-Christ a édifié son Église sur la pierre ; mais il ya temps d'édifier, et temps de détruire. Elle était son épouse, mais c'est maintenant une adultère et une prostituée. C'est pourquoi il l'a répudiée, et il veut -qu'on lui en substitue une autre qui lui sera fidèle.
Page 82 - Il avait un talent particulier pour corriger le texte des auteurs anciens ; il en est peu sur lesquels il n'ait porté le flambeau de la critique. On a de lui...

Informations bibliographiques