Oeuvres complètes d'Étienne Jouy ...: avec des éclaircissements et des notes ...

Couverture
J. Didot aîn, 1823 - 27 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 29 - LE ROI D'YVETOT. IL était un roi d'Yvetot, Peu connu dans l'histoire ; Se levant tard, se couchant tôt, Dormant fort bien sans gloire, Et couronné par Jeanneton D'un simple bonnet de coton, Dit-on.
Page 30 - On conserve encor le portrait De ce digne et bon prince; C'est l'enseigne d'un cabaret Fameux dans la province. Les jours de fête, bien souvent, La foule s'écrie en buvant Devant: Oh! oh! oh! oh! ah! ah! ah! ah!
Page 30 - Fut un voisin commode, Et, modèle des potentats, Prit le plaisir pour code. Ce n'est que lorsqu'il expira, Que le peuple qui l'enterra Pleura.
Page 22 - Des amertumes de la vie ! On meurt deux fois, je le vois bien : Cesser d'aimer et d'être aimable, C'est une mort insupportable ; Cesser de vivre, ce n'est rien.
Page 53 - Gai ! gai ! serrons nos rangs, Espérance De la France; Gai ! gai ! serrons nos rangs; En avant, Gaulois et Francs...
Page 49 - ... tant de pouvoir n'aura : Nous verrons, volage bergère, Qui premier s'en repentira.
Page 40 - Et bonne vieille, au coin d'un feu paisible , De votre ami répétez les chansons.
Page 11 - S'il dédaigne un frivole encens, Que deviendront les courtisans ? Que feront les amis du prince, Autrement nommés en province ? Que deviendront les partisans, Si ses sujets sont ses enfants ? S'il veut qu'un prélat soit chrétien, Un magistrat homme de bien, Combien de juges mercenaires, D'évêques et de grands vicaires Vont changer de conduite ! Amen ! Domine, salvum fac regem.
Page 63 - Souvent un peu de vérité Se mêle au plus grossier mensonge : Cette nuit, dans l'erreur d'un songe, Au rang des rois j'étais monté. Je vous aimais, princesse, et j'osais vous le dire! Les dieux à mon réveil ne m'ont pas tout ôté; Je n'ai perdu que mon empire.
Page 22 - Si vous voulez que j'aime encore, Rendez-moi l'âge des amours : Au crépuscule de mes jours Rejoignez, s'il se peut, l'aurore. Des beaux lieux où le dieu du vin Avec l'amour tient son empire, Le temps, qui me prend par la main, M'avertit que je me retire. De son inflexible rigueur Tirons au moins quelque avantage. Qui n'a pas l'esprit de son âge, De son âge a tout le malheur.

Informations bibliographiques