Images de page
PDF
ePub

qui sçavent qu'ils sont en la présence d'un Prince,se tiennent dans le réspect, quoy qu'ils ne le voyent pas : Mais parce qu'ils ne le voyent pas , ils perdent aisément l'idée de la présence ; & l'ayant une fois perduë , ils perdent encore plus facilement le respect qui luy est dû. Hélas, Philothée ! Nous ne voyons pas Dieu qui nous est présent, & quoy que la foy & nôtre raison nous avertissent de sa présence , nous en perdons bien-tôt l'idée ; & alors nous nous comportons comme s'il étoit fort éloigné de nous : Car bien que nous sçachions qu'il est présent à toutes choses, le défaut d'attention à la présence nous met au même état , que si nous l'ignorions. C'est pourquoy nous devons toûjours disposer nôtre ame à l’Oraison, par une profonde reflexion sur la préfence de Dieu. David en avoit l'esprit vivement frappé, quand il disoit: Si je monte au Ciel , ô mon Dieu, vous y étes , ď si je descends en Enfer vous y

étes aussi : Ainsi servons-nous des paroles de Jacob, qui aprés avoir vû l'échelle mystérieuse, dont je vous ay parlé, s'écria; ô que ce lieu elét redoutable! Véritablement Dieu est icy , & je n'en sçavois rien : Il vouloit dire qu'il n'y avoit pas

E

fait de reflexion ; car il ne pouvoir ignorer que Dieu ne fût par tout. Hé donc, Philothée , quand vous vous présenterez à l’Oraison, dites de tout vôtre cæur à vôtre ceur même : O mon ceur, mon cœur , Dieu est véritablement icy:

La seconde maniére de se mettre en la présence de Dieu , est de penser que non seulement il est où vous étes ; mais qu'il est en vous-même au fond de vôtre ame , qu'il la vivifie , l'anime, & la foûtient

par sa divine présence : Car comme l'ame qui est présente à tout le corps,

réside neanmoins dans le cour d'une maniére de présence plus spéciale; de même Dieu qui est présent à toutes choses, l'est beaucoup plus à nôtre ame, dont l'on peut dire en un bon sens, qu'il est l'ame luy-même. C'est

que David appelloit Dieu , le Dieu de fon cæur : C'est ce que saint Paul entend, quand il dit que nous vi.

mouvons, nous sommes en Dieu : C'est aussi cette pensée qui excitera en vôtre cour une profonde vénération pour Dieu, qui luy eft fi intimement présent.

Le troisiéme moyen , dont vous pouvez vous aider, eit de confidérer que le

pour cela

vons,

nous

ز

[ocr errors]

Fils de Dieu en son humanité, regarde du Ciel tout ce qu'il y a de personnes au monde, mais particulièrement les Chrétiens qui sont ses enfants ; & encore plus spécialement ceux qui sont actuellement en priére , & dans qui il observe le bon ou le méchant usage qu'ils en font. Or ce que je vous dis-là n'est pas une simple iinagination, mais un fait trés-réel : Car bien que nous ne le voyons pas comme saint Estienne le vit dans son martyre ; cependant il a les yeux attachez sur nous, comme il les avoir sur luy, & nous pouvons luy dire quelque chose de semblable à ce que l'Epouse des Cantiques dit de son Epoux : Il est , le voila luy-même ; il in’est caché, je ne puis le voir ; mais il me voit, il me regarde.

La quatriéme maniére consiste à s'imaginer que Jesus-Christest dans le même lieu où nous sommes, comme si nous le voyions devant nous ; & à peuprés comme nous avons coûtume de nous représenter nos amis, & de dire : Je m'imagine de voir un tel qui fait cecy & cela; il me semble que je le que je l'entends. Mais , Philothée, li vous étier devant le trés-saint Sacrement de l'Autel, cette présence de Je

BIBLIOTH

DE LA
VILLE DE

voy,

E ij

LYON

[ocr errors]

sus-Christ dans l'Eglise avec vous, seroit trés-réelle , & non pas seulement imaginaire : Carles espéces ou les apparences du pain sont comme un voile qui le cache à nos yeux; & véritablement il nous voit, & nous considére , quoy que nous ne le voyions pas en fa propre forme. Vous vous fervirez donc de l'une de ces quatre pratiques pour vous mettre en la présence de Dieu, & non pas de toutes les quatre ensemble ; & cela même se doit faire briévement & fimplement.

[merged small][ocr errors][merged small]

L'

re:

Second Point de la préparation,
'Invocation se fait en cette manie

Vôtre ame se sentant bien préfente à Dieu , doit se lailler pénétrer d'une grande vénération, & fe juger absolument indigne de la présence : Et neanmoins fçachant que Dieu le veut ainli, demand z-luy la grace de le glorifier en cette méditation. Si vous le voulez, vous pouvez user de quelques paroles courtes & enflammées comme

Celles-cy qui font du Prophére Royal : Ne me rejettez point ô mon Dieu de de. vant vôtre face, ne m’ótez pas vôire Saint-Esprit : Répandez la lumiére de vos yeux, sitr cette ame dévoüée à . tre service , evo je considéreray vos mere veilles: Donnez-moy de l'esprit, je un'appliqueray à comprendre vôtre Loy , je l'observeray de tout mon coeur. Il est encore fort utile d'invoquer vôtre faint Ange Gardien , & les saintes personnes qui auront eû quelque part au Mystére que vous méditerez ; comme dans la méditation de la mort de nôtre - Seigneur , la fainte Vierge , faint Jean, sainte Magdeleine , & les autres Saints ou Saintes, les priant de vous communiquer les sentimens qu'ils y eûrent;ou bien dans la méditation de votre propre mort , vôtre saint Ange Gardien qui y sera présent ; & il faut observer celá dans tous les autres Mystéres ou sujets d'Oraifon.

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »