Images de page
PDF
ePub

que

les hommes de cet état faisoient 1185-86. la plus grande force de ces attroupemens. Ils se rendirent si formidables que le roi même fut obligé d'aller les combattre. Ils se défendirent avec acharnement, mais enfin ils furent dispersés après de grands massacres.

Les seigneurs ne pouvoient pas se cacher que c'étoient les guerres continuelles entre eux, qui occasionnoient tous ces maux. Ils cherchèrent un moyen de les prévenir. Dans le midi de la France, où ces désordres étoient plus fréquens, ils convinrent, sous la foi du serment, entre les mains des évêques, et en se soumettant à l'excommunication, en cas d'infraction, de s'abstenir de guerroyer pendant quatre jours de la seraine. Ces jours étoient le jeudi, à cause de l'institution de l'eucharistie. le vendredi, en mémoire de la mort de Jésus-Christ, le samedi, à cause de son repos dans le tombeau, et le dimanche , pour célébrer sa résurrection. Cette convention fut appelée la paix de Dieu.

La paix de Dieu.

Confrairie

Une effervescence de religion vint à l'appui de cette institution. Un char- pour la paix. pentier du Puy-en-Velay, nommé Durand, homme simple, dit-on mais qui, comme on verra, n'oublioit pas

1185-86. ses intérêts, publia que Dieu lui avoit parlé et commandé de prêcher la paix. Il apportoit, pour preuve de sa mission une petite image de la Vierge, qu'il disoit lui avoir été indiquée, cachée dans le tronc d'un arbre, d'où il l'avoit enlevée. Il fabriqua sur ce modèle des images qu'il vendoit, et dont il tira un assez gros profit, parce que la dévotion de la porter devint presque générale, après une assemblée de gentilshommes, de seigneurs et d'évêques, qui se tint au Puy, le jour de l'Assomption. On y régla les conditions de cette confrairie dont le but étoit de procurer une paix permanente, et l'on convint du costume des confrères. Ils devoient porter sur la poitrine cette image, et sur la tête un capuchon de linge blanc. Le charpentier Durand vendoit aussi ces coiffures.

Avec ces marques un homme étoit non-seulement en sûreté, mais en vénération même, au milieu de ses ennemis. Bientôt des fainéans, des scélérats, poursuivis pour leurs forfaits, se réunirent sous l'égide sacrée. Ils mendioient d'abord, ils prirent ensuite. Leur troupe se grossit de paysans crédules, de gens sans aveu de toute espèce de femmes même et de filles que la licence y

1185-86.

attiroit. On juge quels désordres se com-
mettoient dans cette association de gens
brutaux, sans frein et sans discipline.
Les prédicateurs tonnèrent contre la dé-
pravation des confrères; les seigneurs
les éloignèrent par force de leurs châ-
teaux. Les confrères à leur tour récri-
minèrent contre le clergé et lui repro-
chèrent son luxe et ses richesses; ils atta-
quèrent même les dogmes: chacun d'eux
retranchoit de la religion ce qui lui en
déplaisoit ; les uns, la confession, les
autres, le purgatoire. Ils en conservoient
cependant l'extérieur, et marchoient
sous des drapeaux où étoient représentés
Jésus-Christ, la Vierge et les Saints.
Quant aux seigneurs, de quel droit
disoient les confrères envahissent-ils.
les biens qui doivent être communs à
tous? tels que les prés, les bois, le gi-.
bier qui parcourt les champs et les fo-
rêts, le poisson qui peuple les rivières
et les étangs; présens de la nature qu'elle
destine également à tous ses enfans. Sur
ces principes, il n'y avoit pas de genre
de déprédation que les associés ne se
permissent. Toute la noblesse s'arma.
Elle les poursuivit comme des bêtes fé-
roces. On ne leur faisoit point de grâce
quand ils étoient pris ; aussi se permet-
toient-ils de terribles représailles. Ils

[ocr errors]
[ocr errors]

1185-86

Contesta

détruisoient les châteaux, et portoient
par-tout l'incendie après le ravage.
On
les accuse d'avoir porté la férocité jus-
qu'à faire rôtir les enfans sous les yeux
de leurs mères. De part et d'autre on
se déchiroit par les tortures et les sup-
plices les plus affreux. Ainsi une con-
frairie établie pour le soutien de la paix,
devint la cause d'une guerre d'exter-
mination. Les prêtres et les moines, les
monastères et les églises éprouvèrent le
même sort que les nobles et les châteaux.
Après bien des ruines, et bien du sang
répandu, ces attroupemens furent dis-
sipés, mais les principes de haine, con-
tre le clergé et la noblesse, se sont sou-
tenus dans le Midi de la France
ont été, long-temps après, le ferment de
nouveaux troubles.

et

En Angleterre régnoit encore Henritions avec le-Vieux, assez embarrassé de sa femme l'Angleterre. Eléonore, de Guienne, et de ses qua1186. tre fils, presque toujours en mésintel

ligence ouverte avec lui. Le roi de France se mêloit des querelles du père avec les enfans, quand il y trouvoit ses intérêts, ce qui arrivoit de temps en temps. Des bornes de frontières furent cause de contestations entre eux; et des contestations ils en vinrent aux hostilités.

Le roi de France attaqua l'Anglais par une descente en Angleterre. Elle réussit; il avançoit dans l'île, et déjà il se promettoit des succès décisifs, lorsqu'un légat du pape, sollicité par les évêques anglais et normands, obtint que les parties belligérantes entreroient en négociation. Le légat montra dans les conférences tant de partialité, que Philippe ne put s'empêcher de dire: que sa conduite sentoit les florins anglais. Ainsi, florins ou guinées, ces insulaires sont depuis long temps en possession de se servir avantageusement de ces armes contre les Français.

La bonne intelligence parut se raffermir entre les deux rois, à l'occasion de la croisade que les chrétiens d'Orient sollicitoient vivement. Tout étoit en confusion dans la Palestine. Le trône de Jérusalem, successivement occupé par des femmes, des enfans, des hommes que la mauvaise santé ou que l'imbécillité rendoit incapables de gouverner; ébranlé par les factions de seigneurs ambitieux, qui se disputoient l'autorité ; attaqué enfin dans ces circonstances par toutes les forces desSarrasins, réunies sous le célèbre Saladin, s'écroula entre les mains du malheureux Guy de Lusignan. La ville de Jérusalem fut prise.

1186.

Troisième croisade.

1187-89.

« PrécédentContinuer »