Images de page
PDF

graphie, ensorte qu'il a réduit en milles Romains, à raison de huit stades, toutes les distances qu'il a trouvé exprimées en stades dans les Ecrivains originaux qu'il a compilés, de quelques pays qu'ils fussent, ce qui est un grand vice dans son Ouvrage & lui ôte une bonne partie de son mérite. Plusieurs autres Ecrivains Romains anciens n'ont pas été mieux instruits que Pline , & nous ont exposés à des méprises grossieres en fait de Géographie. Quoique en parlant du pied Grec nous ayons prouvé qu'il fut employé pendant un temps pour arpenter les terres du Domaine du Roi dans la Cyrénaïque , je ne crois pas néanmoins que le stade Grec fut la mesure itinéraire de ce pays; il est bien plus probable qu'on s'y servoit des mesures Egyptiennes , & en particulier du stade nautique. Aulugelle (Lib. I, C. 1.) rapporte d'après un Traité de Plutarque que nous n'avons plus, que le stade olympique étoit au

trefois le plus long des stades ou carrieres de la Grece, dans .

lesquels se faisoient les courses des jeux publics; & le fait étoit si constant, que comme on regardoit le stade olympique comme la mesure du pied d'Hercule , prises six cents fois, le Philosohe Pythagore avoit déterminé le rapport de la taille de ce héros à celle des hommes ordinaires , par le rapport qu'il y avoit de la longueur du stade olympique à celle des autres stades; subtiliter rationatus Pythagoras intellexit modum spatiumque plantae Herculis ratione proportionis habitá, tantò # quàm aliorum procerius , quantò olympicum stadium longius esset quàm cœtera ..... atque ita colligit tanto fuisse Herculem corpore celsiorem quàm alios, quantò olympicum stadium caeteris pari numero pedum factis, anteiret. Cette opération n'est pas difficile, car en supposant entre le † Grec & la taille d'Hercule le même rapport qui existe entre e pied pythique & l'orgyie, on trouve qu'il avoit 8o pouces & un quart du pied de Roi, de hauteur. D'un autre côté Apollodore (Lib. II, C. 4, S. 9, Biblioth.) donne quatre coudées à Hercule, si ce sont des coudées sacrées , sa stature étoit de 82

# pouces. En finissant cet article je parlerai d'un ancien monument qui peut servir en tout temps à justifier la grandeur du pied, & par conséquent du stade olympique ; c'est le fameux temple de Minerve dans la Citadelle d'Athenes , aujourd'hui changé en Mosquée. Il avoit de largeur 1oo pieds Grecs qui en feroient des nôtres

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

tion du † & de la raison pourquoi on avoit fait une loi

que les Israélites ne pourroient s'éloigner de plus de deux mille
coudées les jours du Sabbath; nous avons remarqué en parlant
du pygon, que c'étoit pour conserver le souvenir du voyage des
Hébreux dans le désert, durant lequel ils ne devoient ni s'éloi-
gner ni s'approcher de l'arche que de cette distance. L'évalua-
tion de cet espace à deux mille coudées , est d'ailleurs autorisée
du témoignage unanime de Rabbins; c'est également l'opinion
d'Origene (V. gpwuarov.)
Le Mille Romain valoit d'hippicons 2 #, de diaules 4 #, de
stades Egyptiens 6 # , de stades Grecs 8, de stades nautiques 9
#, de stades pythiques 1o # , de pléthres 55 4, de chebels 92
#, de décapodes 555 # , d'orgyies 925 #, de pas Romains
(passus) 1ooo, de pas doubles 1 1 1 1 ;, de xylons 1234 #, de
§ simples 2222 #, de coudées sacrées 2777 # , de coudées
thiques 37o3 #, de coudées médiocres 4166 ;, de pygons
4444 #, de pieds Grecs 48oo , de pygmes 4938 #, de pieds
omains 5ooo, de pieds géométriques 5 555 # , de pieds pythi-
ques 625o, de spithames 74o7 #, & de toises du Châtelet 792.6
juste. -
Le mille ou milliaire, Mille # Milliarium, étoit la mesure
des distances itinéraires chez les Romains ; il valoit cinq mille
† selon Vitruve, Columelle & d'autres Auteurs. Il s'appel-
oit Mille, parce qu'il étoit composé de mille passus chacun de
cinq pieds § Pline (Lib. III, C. 2 & 3.) nous apprend
que sous l'empire d'Auguste les distances furent marquées sur les
† routes. Ces distances partoient toutes du centre de la
ille de Rome où étoit placée la premiere colonne milliaire.
De mille pas en mille pas on trouvoit une nouvelle borne ou
colonne avec un numéro qui faisoit connoître aux Voyageurs à
quelle distance ils étoient de la Capitale. On a commencé à
exécuter la même chose en France. Après avoir redressé, réparé
& même multiplié les grandes routes, on a jugé qu'il n'y man-
quoit plus pour la commodité des Voyageurs que de les mesurer
exactement de distance en distance. Chaque intervalle qu'on a
désigné par le mot de Mille, comprend mille toises du Châtelet.
Deux de ces milles font la lieue †
Petite & ne vaut que deux mille toises. Chaque mille a été divisé
o quatre quarts, également marqués par des bornes # petites.
1]

[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

où on s'en sert peut-être encore : car le Calife Almamoun ayant

fait mesurer par d'habiles Astronomes un degré du Méridien dans les plaines de Sinjar, entre le Tygre & l'Euphrate, ce degré fut trouvé de 66 # milles, au rapport d'Alikouski , Astro

[ocr errors]
[ocr errors]
« PrécédentContinuer »