Images de page
PDF
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

voit donner aux enfans dè cinq Sœurs, dont
il en avoit épousé une, ou aux enfans d'unc
d'icelles ; est accordé que l'aîné dudit Henri,
aura la cinquieme partie de Castres & de Pu-
telanges en Fief, & que les quatre autres
portions demeureront à l'Evêque, jusqu'au
jugement de la contestation , & que si ledit
Comté étoit adjugé audit Evêque, il en lais-
seroit la moitié en foi & hommage audit Fils
aîné , y compris son cinquiéme , que s'il
n'en pouvoit exclure les enfans desdites cinq
Sœurs, ni ledit Duc , & qu'il fallût acheter
ou racheter ledit Comté de Castres , ledit
Evêque en auroit la moitié, ledit Fils aîné
dudit Comte de Salm , l'autre moitié en
payant sa part, & que l'un ne pourroit ache-
ter ou racheter sans l'autre , voulant payer
la moitié. Que si ledit Fils aîné n'avoit de-
niers, l'Evêque lui prêteroit pour un an, &
ne le remboursant après l'an, l'Acquêt de-
meurera audit Evêque. -
Un Mandement de HenriComte deSalm,
& de Henri, Jean & Ferri ses enfans, dans
ledit Cartulaire couvert de carton en la page
douze en datte de la troisiéme Férie après la
Nativité Notre Dame 1284. à leurs hommes
de Fief du Comté de Castres, & injonction
de faire foi & hommage à BouchardEvêquc
de Metz, & à son Eglise.
Un autre Cartulaire tiré de la mêmeChan-

[ocr errors]

• Officiers & Commandans des Châteaux de

[ocr errors]

mande & prie de lui obeïr , rendre comptc .

· des revenus , & servir sans contradiction. Restitution en parchemin par Frideric de · Lichtemberg, Prevôt de Strasbourg, & Ar·chidiacre de Metz, des Châteaux de Lutzelbourg, Turquestein, Castres & Lichtemberg , aux Administrateurs & Vice-gérens de Gérard, élû de Metz, dattée de la veille de l'Assomption de la Sainte Vierge 1297. desquels Châteaux il avoit la garde, de l'au· torité du Chapitre de Metz , & reconnoissance dudit Fridéric , comme il en a repris la garde desdits Administrateurs , jusqu'à l'arrivée dudit Gérard. Déclaration en parchemin , d'Ademart, Evêque de Metz, en datte du Dimanche d'après la Fête de S. Vincent 1338. contenant que Jean Burchard & Olry , Frères, Seigneurs de Fénétranges, lui ont rendus les Lettres d'engagement par lui faites audit Henri, de la Forteresse de Castres, & de ses dépendances, pour 17oo. Livres Tournois : promet d'en poursuivre la restitution contre l'Archevêque de Trêves , le Comte de Sarbruk, & Valleran Comte de Deux-Ponts, qui s'en étoient emparez, & au cas qu'il les retireroit à moins de 17oo. Livres Tournois, qu'il en useroit à l'arbitrage du Comte de Sarverden, & de Nicolas de Salm. (a) Je conjecture que Castreuves, dont il est parlé dans un accommodement fait entre Bou

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

L A C H A L A D E , Abbaye de l'ordre de Citeaux.

[ocr errors]

la

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

gérent les Religieux de cette petite Congrégation , à s'unir à celle de saint Vanne, à quiils cédérent ce Prieuré. Et comme les rcvenus en étoient très-modiques, après y avoir entretenu pendant quelque tems une petite Communauté , les Superieurs de la Congrégation en obtinrent l'union à la Maison de sainte Croix, aujourd'hui saint Leopold de Nancy, quiy entretient un Réligieux. Le vrai Nom de Pont-saint-Vincent, est le Port-saint-Vincent, parce que l'Abbaye de saint Vincent de Metz, qui possedoit le Prieuré de sainte Lucie de Chaligni, étoit comme Maîtresse du Port de saint-Vincent. Outre l'Hôpital des Neuves-Maisons uni au Prieuré de saintVincent, le Duc Chales IV. y fit aussi unir le 7 Août 1663 la Chapelle de saint Jean Baptiste, fondée dans l'Eglise de Chaligni, à charge d'en acquiter les Messes. Pour revenir à Chaligni, on trouve des Actes par lesquels il paroit , que les Comtes de Vaudémont ont repris certaines Seigneuries de l'Evêque de Metz , par exemple,Turkestein & Chaligni. Henri Comte § Vaudémont, en 1 344. reconnoit qu'Ademare Evêque de Metz, lui avoit mandé de reprendre

[merged small][ocr errors]

en fief & hommage, de Raoul Duc de Lorrai

ne, la Maison Forte de Chaligni, la Ville & le Ban & toutes les appartenances qu'il tenoit, ou devoit tenir dudit Ademar Evêque de Metz; lesquelles choses ledit Comte de Vaudemont, reconnoit tenir en Fief & Hommage dudit Duc de Lorraine, en la maniére qu'il les avoit tenuës dudit Ademare & de ses Prédécesseurs Evêques de Metz, jusqu'à ce qu'il luifasse connoître que ledit Ademare Evêque de Metz, aura racheté ledit Fief des mains dudit Duc; ce qui fait voir que Chaligni étoit alors engagé au Duc de Lorraine parles Evêques de Metz. Au Mois de Juin 1 343. le même Ademare Evêque de Metz, se reconnoit redevable envers Marie de Blois sa Cousine, Mainbourg & Régente de Lorraine, & envers Jean son Fils Duc de Lorraine, d'une somme de cinq mille livres de toutes piéces, un Ecu d'Or valant vingt sols, pour laquelle somme, il met entre les mains de ladite Duchesse, le Fief que le Comte de Vaudémont devoit tenir de lui & de son Evêché, de la Forteresse de Chaligni & de toutes ses appartenances & dépendances; lesquels Fiefs, lesdits Duc & Duchesse de Lorraine tiendroient de l'Evêque de Metz, jusqu'à ce que lesdits cinq mille livres auroient été payées tout à la fois. Autre Acte du lendemain de la saint Barnabé 1347. par lequel, ladite Marie de Blois & le Duc Jean son Fils, consentent que son trèscher Cousin Ademare Eveque de Metz,

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

Il y a aussi des Arrentés de Corsieux, au nombre de trente deux, tant dans le Ban & Paroisse de Corsieux, qu'aux environs & dans la Prévôté de Bruyéres; les Arrentés peuvent aussi signifier les Fermiers & les Gouverneurs de ces Fermes, qui sont Arrentés des Propriétaires, & leur en rendent certaines Rentes annuelles.

[merged small][ocr errors][ocr errors]

CHAMP s, nommé en latin Campus, Village de Vôge, près la petite Ville de Bruyeres, lieu célébre pour avoir été autrefois un Palais des Rois de France. Les Annales de Metz & lesAnnales d'Eginhard, nous apprennoient, que l'Empereur Charlemagne en 8o5. aprés avoir passé par Thionville à Metz, vint à Champs vers le commencement du mois d'Août, pour y prendre le plaisir de la Chasse, & que pendant qu'ilyetoit, Louis son Fils l'y vint trouver après son expédition dans la Bohéme & dans la Pannonie, & que de Champs, l'Empereur passa au Château de Remiremont, où ayant séjourné quelque tems pour y prendre le plaisir de la Pêche, il revint pas

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PrécédentContinuer »