Images de page
PDF
ePub

vous aimez le dernier ? Il faut avouer que cette petite histoire n'est point bien écrite du tout; mais les événemens se laissent fort bien lire. Il me semble que cette Reine de Pologne ne vient plus tant (1); peut-être qu'elle attend le Grand - Seigneur, ou le. Grand-Visir que nous aimons.

La Princesse d'Harcourt (2) est accouchée à cinq mois d'un enfant mort depuis plus de six semaines ; aussi a-t-elle pensé mourir; mais elle est mieux, et ce qui la guérira sans doute, c'est qu'on l'a fait transporter à Clagny, crainte du bruit : Madame de Montespan en a des soins extrêmes; Dieu sait si la reconnoissance sera tendre.

A Livry.

Je viens de recevoir votre lettre du 2 : vous avez été au Saint-Esprit; c'est pour être bien fatiguée; vous pouviez ne ni’écrire que trois lignes, je l'eusse fort approuvé. C'eût été une plaisante chose que vous y eussiez trouvé le Grand-Maître : je vois bien que vous croyez que je l'aurois trouvé encore plus plaisant que vous. Je crois voir bientôt Gourville; je lui parlerai de Vénejan : c'est

(1) Voyez Tome IV, la Lettre du 24 Juillet , p. 446.

(2) Françoise de Brancas, femme d'Alphonse-HenriCharles de Lorraine, Prince d'Harcourt.

une situation admirable; mais il ne faut pas le vendre à vil prix, comme on vend aujourd'hui toutes les terres. Le pauvre M. le Tellier a acheté Barbesieux, une des belles terres de France, au denier seize ; c'est en vérité une raillerie. Peut-être que M. le Prince de Conti, ou son conseil, ne se prévaudroient point de cette mode, puisque vous ne vendriez pas Vénejan par décret. Pour Caderousse, je n'imagine d'accommodement avec lui que de jouer sa part à trois dés contre M. de Grignan. Ne faites point de façon de m'envoyer les commissions de mariée : vous ne sauriez trop me conter comme un des choux de votre jardin. Je serai ravie d'aller un moment à Paris

Paris pour un si bon sujet. La bonne d'Escars nous donnera un plat de son habileté avec beaucoup de joie. Mettez-nous donc en oeuvre, et vous en serez contente.

On me mande de Paris que l'on n'a point encore de nouvelles d'Allemagne. L'inquiètude que l'on a sur ce combat, que l'on croit inévitable, ressemble à une violente colique, dont l'accès dure depuis plus de douze jours. M. de Luxembourg accable de courriers. Hélas ! ce pauvre M. de Turenne n'en en voyoit jamais; il gagnoit une bataille, et on l'apprenoit par la poste. Nos Chanoines de

Flandres sont en parfaite santé, et notre bon Ermite aussi (1), qui m'écrit du 17, de Lyon, où il est allé en cinq jours de son hermitage. Il attend ses confrères ; si on l'avoit laissé le maître de la route, il seroit arrivé, dit-il, en douze jours de Lyon à Rome.

M. d'Hacqueville a fort causé avec M. de Pompone; il n'y a rien à faire pour votre marquisat, qu'à le vendre avec ce titre, qui rend toujours une terre plus considérable; en sorte que şi celui qui l'achète n'a pas la qualité requise , il ne laisse pas d'obtenir aisément des lettres en Chancellerie, qui le font Marquis de Mascarille. L'Abbé de Chavigny n'est plusnotre Evêque de Rennes; il aime mieux l'espérance de Poitiers; c'est celui de Dol qui vient à Rennes, et l'Abbé de Beaumanoir à Dol.

Vous voulez, ma très-chère, que je vous parle de ma santé, elle est encore meilleure ici qu'à Paris ; ce petit étouffement a disparu à la vue de l'horizon de notre petite terrasse;

(1) M. le Cardinal de Retz s'étoit retiré depuis peu à Commercy dans la vue de payer ses dettes qui étoient considérables , à quoi il eut le bonheur de réussir avant sa mort. Madame de Sévigné disoit de lui et de M. de Turenne, que l'un étoit le héros de l'épée, et l'autre te héros du bréviaire.

il n'y a point encore de serein; quand je sens le moindre froid, je me retire. On a fait une croisée sur le jardin dans ce petit cabinet; ce qui en ôte tout l'air humide et malsain qui y étoit: mais outre l'agrément extrême que cela fait, il n'y fait point chaud : car ce n'est que le soleil levant qui le visite une heure ou deux. Je suis seule, le bon Abhé est à Paris. Je lis avec le Père Prieur, et je suis attachée à des Mémoires d'un M. de Pontis (1), Provençal, qui est mort depuis six ans à Port-Royal, à plus de quatre-vingts ans. Il conte sa vie et le tems de Louis XIII avec tant de vérité, et de naïveté , et de bon sens, que je ne puis m'en tirer. M. le Prince ta lu d'un bout à l'autre avec le même appétit. Ce livre a bien des approbateurs, il y en a d'autres qui ne peuvent le souffrir : il faut

(1) Louis de Pontis, Gentilhomme Provençal , qui après avoir passé cinquante-six ans dans les armées au service de trois de nos Rois , crut devoir se retirer en 1653 pour mener une vie cachée à Port-Royal-des. Champs, où il vécut dans la pratique de la pénitence et de la piété, et mourat le 14 Juin 1670. Voyez le Nécrologe de Port-Royal , page 236. Comme ce fut Thomas du Fossé qui rédigea les Mémoires dont il s'agit, ce ouvrage étoit cense appartenir à Port-Royal, et dès lors il ne devoit point plaire également à tout le monde.

* Ces Mémoires sont remplis de fables ; comme l'ont prouvé d'Avrigny et Voltaire.

[ocr errors]

ou l'aimer ou le hair, il n'y a point de 'milieu : je ne voudrois pas jurer que vous l'aimassiez.

La raison que vous ne comptez point pour me faire aller à Vichi, qui est de vous voir et de vous ramener, est justement celle qui me toucheroit, et qui me paroît uniquement bonne : aussi je n'y balancerois

pas,

si j'étois persuadée que cela fût nécessaire ; mais je crois mes lettres de change acceptées de trop bonne foi, pour ne pas être acquittées exactement. Je vous attendrai donc, ma trèsbelle, 'avec toute la joie que vous pouvez vous imaginer d'une amitié comme celle que j'ai pour vous.

[ocr errors]

LETTRE 446.

A la méme,

à Livry, vendredi 14 Août 1676. MA

A chère enfant, je me porte fort bien ici; je suis plus persuadée de la grandeur du mal que j'ai eu, par la crainte que je sons d'y retomber, et par ma conduite à l'égard du serein, que par nulle autre chose; car vous vous souvenez bien que les belles soirées et le clair de lune me donnoient un souverain plaisir. Je vous remercie d'avoir pensé à moi dans ces beaux tems. Mesdames de Villars,

de

« PrécédentContinuer »