Images de page
PDF
ePub

gnal à la ville d'envoyer quelqu'un pour lui parler à la rade de Saint-Procope, où il jeta l'ancre.

On obéit à cette sommation laconique, et une députation de deux notables s'étant rendue au lieu destiné, ils ne tardèrent pas à rentrer en ville accompagnés du capitaine Lazare Lâla, Hydriote. La Gérousie s'étant aussitôt rassemblée, le navarque lui déclara en termes précis, comme le sont ceux des gens de mer, qu'on eût à tenir prêts dans le délai de deux jours, pour le service de la flotte grecque qui arriverait au mouillage de Saint-Procope, cent bœufs et autant de moutons, six cents oques d'huile, trois cents barils de vin, quarante quintaux de fromage et trente-quatre mille piastres en espèces.

Le président de la Gérousie ou sénat, Michel Marcopolitis, ainsi que les archontes grecs, opprimés jusque-là par le bas peuple que les dissidents avaient soulevé, trouvant ces demandes aussi modérées que légales, y consentirent. On dressa l'état de répartition, et l'escadre, forte de douze voiles de guerre, ayant paru à jour fixe, chacun paya, à l'exception des nommés Francopoulos et François Somma Ripa. Ils prétendaient, en leurs qualités , l'un d'agent consulaire d'Angleterre et l'autre de Hollande (i), s'exempter des impositions qu'ils de

(i) Depuis ce temps l'Angleterre a signifié à ses agents domiciliés dans les îles de l'Archipel qu'étant propriétaires d'immeubles , ils eussent à payer les impôts dus au gouvernement hellénique.

vaient comme propriétaires indigènes, et il fallut recourir aux voies de rigueur pour leur faire entendre raison. L'exemple fut salutaire, car les catholiques de Santorin ainsi que ceux de Patmos n'en eurent pas plus tôt avis qu'ils payèrent; mais on dut ajourner l'apuration du rôle des comptes avec les insulaires de Syros, qui avaient donné des fêtes tandis qu'on égorgeait les habitants de Chios.

Ces affaires étaient à peine réglées, lorsqu'on signala une escadre sortie d'Hydra, qui cinglait vers l'île de Crète. On avait nommé pour la commander le navarque Skourtis d'Hydra , chargé d'escorter deux mille hommes que le gouvernement hellénique avait mis sous les ordres d'Emmanuel Tombazis, promu au grade d'harmoste des peuplades belliqueuses de la Crète. Elles ne devaient pas tarder à être attaquées par une armée que le visîr d'Egypte se disposait à faire sortir du port d'Alexandrie. La flotte turque était en même temps chargée de ravitailler les places de la rive septentrionale de l'île, et il fallait nettoyer sa surface de quelques partis turcs qui occupaient des positions dans l'intérieur, afin de les rejeter dans les forteresses où la peste exerçait ses ravages.

Il n'était pas moins urgent de rassurer les insulaires de la mer Égée contre les trames politiques qu'on essayait de renouer à la faveur de certaines propositions d'amnistie qui pouvaient servir à intimider quelques peuplades isolées. Déja Mavrocordatos avait fait échouer de pareilles tentatives dirigées par la haute police des îles Ioniennes, qui répandait en Etolie un prétendu manifeste du congrès de Vérone (i). La Porte, de son côté , en s'adressant à quelques îles sans défense avait vu échouer les efforts de sa vieille politique; mais il fallait se hâter, et présenter l'attitude de la force afin de déjouer tous les complots. Ainsi l'escadre grecque reprit la mer pour se porter à la rencontre du capitan-pacha.

Les auspices étaient favorables; cet amiral avait enfin appareillé du golfe de Géras, au bruit du ca

(l) Voici l'analyse fidèle de cette pièce singulière, qu'on répandit avec profusion dans l'Archipel et sur le continent.

Vérone, i4 décembre i822.

Au moment où le congrès de Laybach allait être terminé, Ud . nouvel incident survint. L'esprit de sédition qui s'était manifesté en Espagne et en Italie, parvint à se déclarer à l'orient de l'Europe. Lorsque les troupes stationnées à Naples et à Turin venaient de subjuguer les forces de la tactique la mieux combinée, le feu de l'insurrection a éclaté ait centre des provinces turques. Ces mouvements ayant eu lieu en même temps, démontrent qu'ils partent d'une même source (i), parce que les mêmes malheurs qui ont frappé l'humanité dans tant de lieux divers, et qui étaient accompagnés des mêmes formes et des mêmes discours, quoique, dans le fait, le motif fût différent, ont prouvé qu'ils dérivaient d'une cause commune.

Comme les hommes qui ont été les auteurs de cette machination espéraient par ce moyen jeter plus facilement la division dans l'assemblée des souverains, et. détourner des forces dont le secouft peut devenir aujourd'hui nécessaire dans d'autres parties de l'Europe pour repousser de nouveaux dangers, leur espoir est déçu. Les souverains sont occupés à détruire le principe et la source de toutes les insurrections, en quelque lieu et

(i) Conséquence ridicule.

non et des houras de ses matelots. Afin de donner plus de solennité à sa sortie, il avait ensuite mouillé à Roum-Capi, à l'entrée de la Propontide, où le sultan s'était rendu dans sa gondole d'apparat pour passer une dernière fois la revue de son escadre. Il avait revêtu Rhoreb pacha d'une pelisse magnifique, en lui remettant son cimeterre enrichi de diamants; il avait fait distribuer de l'argent à ses chiourmes, et annoncé, dans un fort beau discours, qu'il remettait entre leurs mains la défense de la gloire et des destinées du trône d'Ottman.

sous quelques formes qu'elles éclatent; et ils se sont empressés, d'un accord unanime, de les condamner. Mus par le même désir, et pour remplir le vœu qui les anime, ils ont repoussé toute idée qui pourrait les détourner du but qu'ils se proposent ; mais en même temps écoutant la voix de la conscience et des devoirs sacrés, ils défendent les droits de l'humanité en s'occupant à protéger ceux qui n'étaient que les victimes innocentes de cette imprudence et de cette entreprise digne de blâme (i).

Les différents points qui ont été agités parmi les cinq grandes cours, dans cet intervalle de temps qui était le plus honorable de leur alliance, ont confirmé clairement la bonne harmonie des souverains sur l'état politique des nations orientales. En conséquence , le congrès de Vérone n'avait rien autre chose à faire que de confirmer vigoureusement les intentions ci-dessus énoncées. Ainsi les puissances amies de la Russie peuvent se flatter que, par le moyen de leur coopération commune, elles surmonteront tous les obstacles qui pourraient retarder la réalisation de leur vœu.

(i) Commeut ont-ils protégé Chîos, le patriarche Grégoire, le clergé et les négociants grecs égorgés par milliers? On n'abuse plus personne. Le temps des déceptions est passé! La peur conseille mal; on gouverne aussi tmpolitiquement par la tromperie que par la terreur. Louis XI traita avec les

Suisses , lorsqu'il n'y avait encore que huit cantons d'unis La Grèce

est plus avancée.

CHAPITRE IV.

Avis et plans donnés aux Turcs. — Préparatifs des grecs. — Mesures de défense des Psariens. — Trait d'audace d'un de leurs capitaines. — Arrivée d'Emmanuel Tombazis dans l'île de Crète. — Capitulation qu'il accorde aux Turcs de Castelli. — Comment ils la violent.— Le capitan-pacha ravitaille Carystos; — menace Trikéri ; — arrive à Patras. — Réunion d'une armée à Vonitza. — Expéditions des Psariens. — Jalousie d'Omer Brionès contre Jousouf pacha. — Révolte des Schypetars; — se débandent. — Expédition contre les bergers valaques. — Terreur des Turcs de la Thessalie. — Armistice. — Arrivée d'Édouard Blaquière dans le Péloponèse. — Origine des dissensions entre Mavrocordatos et Colocotroni. — Plan de campagne d'Odyssée. — Division de douze mille Turcs envoiée dans la Magnésie; — battue. — Invasion de la Phocide par les Turcs. — rejetés dans la Béotie. — Ils y égorgent trois cents femmes et enfants. — Défaites successives qu'ils éprouvent. — Ils rentrent en Thessalie. — Courage de Modéna Mavrogénie. — Apathie et monopole du capitan-pacha. — Peste sur sa flotte. — Ne peut ravitailler l'Acrocorinthe. — Le président du pouvoir exécutif part pour l'armée. —Anarchie. — Discours de Mavrocordatos. — Il se démet de la présidence. — Mort du Réala bey. — Audace de quatre femmes de Iolcos. — Seconde invasion des Turcs dans la Hellade. — Défection de Rhoreb pacha. — Nouvelles qu'il colporte dans l'Anatolie.

(. Conquérez le Péloponèse, disait au divan le comité directeur de ses plans; car, en attaquant les

« PrécédentContinuer »