Images de page
PDF
ePub

pression sur l'esprit ; qnand on sçait luy donner un tour subtil & plaisant. C'est ce que David veur nous faire entendre parces paroles : Ils ont le venin de l'AG pic fous les lévres. En effet la picqueure de l’Aspic est presque imperceptible , & elle excite seulement une demangeaison agréable qui dilate le cœur & les entrailles, & y fait glisser le venin fi intimement, que l'on ne peut plus y semédier.

Ne dites pas un rel est un Yvrogne ou un Voleur ; pour l'avoir vũ une fois s'enyvrer ou faire un larcin : Ce feroit une imposture ; puis qu'un seul acte ne peut donnerle nom à aucune chose. Le Soleil s'arrêta une fois en faveur de la Victoire de Josué; & une autre fois il s'obscurcit en faveur de la Victoire du Sauveur mourant sur la Croix : Nul ne dira pour cela qu'il soit immobile ou obfeur. Noé s'enyvra une fois , & Loth: une fois aufli , ils ne furent pourtant pas des Yvrognes ni l'un, ni l'autre : Non plus que saint Pierre ne fut pas un Blasphémateur ni un Sanguinaire, pour avoir une fois blessé un homme, de blafphemé dans une occasion : Le nom de vicieux ou de vertueux, suppose une habirudie contractée

[ocr errors]

par beaucoup d'ar ct:s d'un vice , ou d'une vertu. Bien qu'un homme ait été vicieux depuis long-temps, l'on court risque de mentir quand on le nomme vicieux : C'est ce qui arriva a Simon le Lépreux, qui appelloit Magdeleine, une pécheresse; car alors elle étoit une tres-fainte Pénitente ; & Nôtre-Seigneur la prit en fa protection contre fes reproches. Ce Pharisien , ce fou , qui regardoit le Publicain comme un tres-grand pécheur, se trompoit encore grolliérement: Puisque le Publicain avoit été justifié à l'heure même. Hélas ! Puisque la bonté de Dicu est si grande , qu'un seul moment suffit pour obtenir & pour recevoir fa grace : Quelle afleurance pouvons-nous avoir , qu'un homme qui étoit hier pécheur , le soit aujourd'huy? Le jour précédent ne doit pas juger le jour présent ; il n'y a que le dernier jour qui juge tous les autres. Nous ne pouvons donc jamais dire qu'i.a homme Toit méchant fans danger de mentir; & tout ce que nous pouvons dire , s'il faut en parler, c'est qu'il fit une telle action mauvaise , que fa vie fur méchante en tel

temps;, qu’actuellement il fait mal : Maison ne peut tirer mulle conséquence d'hier à aujourd'huy, ni d'aujour

LIX, a faire

[ocr errors]

1. Bd’huy au jour d'hier, & moins encore depte du jour présent au lendemain. Il faut Le me accorder toute cette délicatelle de con-:Cscience, avec la prudence qui est néces

pour se garentir d'une autre extrémité ; où se jettent ceux qui pour - Pa éviter la médisance donnent des

louanges au vice. Si donc une personne est sujette à médire , ne dites

pas en l'excusant, qu'elle est libre , franche , & sincére : Si un autre paroît manifestement vaine, n'allez

pas

dire qu'elle a le cæûr noble & les maniéres propres. N'appellez pas les priyautez dangereuses , des simplicitez & des naïvetez d'une ame innocente : Ne donnez

à la defobéillance le nom

pas de zéle; ni à l'arrogance celuy de générosité ; ni à la volupté celuy d'amitié. Non , Philothée , il ne faut pas en fuyant la médisance favoriser les autres vices , ni les flater, ni les entretenir :

Mais l'on doit dire rondement & franÅ chement qu'un vice est un vice, & blâm

merce qui est blâmable; ce sera indubitablement glorifier Dieu , pourvell qu'on observe les conditions suivan

1

tes.

Prémiérement, l'on ne doit blâmer les vices du prochain, que par la raj, fon de l'utilité,ou de celuy qui en pare le , ou de ceux à qui on parle. L'on raconte devant de jeunes personnes les familiaritez indiscrétes & dangereuses de tels & de telles ; la diffolution d'un tel ou d'une telle en paroles, ou en beaucoup de maniéres contraires à la pudicité : Hé bien, li je ne blâme pas avec liberté cette conduite, & que je la veuille excuser; ces ames tendres qui écoutent cela, prendrorit occafion de s'en

permettre autant. Il est donc de leur utilité, que je blâme sur le champ ce que l'on en dit: A moins que je ne remétte ce bon office à un temps plus convenable , & à une occasion, ou la réputation de ces personnes en souffriroit moins.

Il faut en second lieu que j'aye quelque obligation de parler ; comme fi j'étois des prémiers de la compagnie, & que mon filence dûr passer pour une approbation : Que li je suis des moins considérables, je ne dois pas entreprendre de rien censurer ; mais je dois avoir nne grande justesse en mes paroles , pour ne dire que ce qu'il faut. Par exemple ; s'il s'agit de quelque familiarité entre deux jeunes personnes ; © Dieut',. Philochée ? Je dois tenir. Ha:

balance bien juste , & ne rien y mettre qui diininuë, ou exagére le fait: Si donc il n'y a dans la chose qu'une foible apparence , ou qu'une simple imprudence, je ne diray rien de plus : S'il n'y a ni imprudence, ni apparence , & que l'on n'y voye rien finon quelque : prétexte de médisance qu'un esprit maTicieux a pî: en tirer ; ou je n'en diray rien du tout , ou je diray cela même. La sainte Ecriture compare souvent la langue à un rasoir, & avec raison : Car je dois être sur mes gardes quand je juge mon prochain ; comme l'est un habile Chirurgien, qui fait une incision entre les nerfs & les tendons.

Enfin quand on blâme le vice, il faut épargner ta personne le plus qu'on peut.

l'on

peut parler librement des pécheurs réconnus publiquement pour tels , & diffamez : Mais ce doit être avec esprit de charité & de compasijon, & non pas avec arrogance ou présomption, ni par aucune joye que l'on en ait; car ce dernier sentiment n'est propre que d'un cæur bas & lâche. Entre tous ceux-là j'excepte les ennemis déclarez de Dieu & de fon Eglise ; puisqu'illes fairt décrier autant que l'on peut, comme les chefs des

Il est vray que

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

mes; 16

« PrécédentContinuer »