Images de page
PDF

Lorsque la sensibilité et Pinritation sont très grandes, iîliya‘ souvent anxiété , malaise, vive inquiétude,- forte agitation , symptômes qui détruisent toujours une partie du bien que peuvent procurer les sangsues. Ces symptômes. sont encore plus sensibles chez ‘les femmes enceintes et pléthoriques , quand même on auroit eu la précaution d’appliquer les sangsues au bras pour éviter__qu’elles ne les fissent blesser , accident qui n’est que tropsouvent arrivé : pour lors la saignée au. bras avec la l-aneetteqest préférable. , 14° La couleur et la forme des sangsues inspirent souvent a certains malades une telle répugnance pour cesinseetes , «qu’ils refusent de se soumettre à leurs morsures; ou_ s’ils y consentent comme malgré eux ,, ils 1en. ressentent toujours une grande irritation oppose au; bonseiïets dessafngsues. i» . ; _ _ 1,5‘) Le temps que les; sangsues guettent à mordre et à sucer, _et celui guise passe à l'éva

[ocr errors]
[ocr errors]

I

[ocr errors][merged small]

essentielle E est-il certain, 1° qu’on applique les sangsues précisément à Pendroit où il a recommandé qu’on les fît mordre ; ’ 2° qu’on remplacera les sangsues qui ne veulent pas mordre; 3° qu’on évacuera seulement la quantité de sang qu’il a jugée nécessaire; 4° qu’il ne surviendra pas dans le cours de la saignée des symptômes qui indiquent d’augmenter ou de diminuer l’évacuation sanguine; 5° qu’on emploiera tous les moyens capables de favoriser la sortie du sang 1orsqu’il coule ditïicilementou qu’i1.s’arrête; 6° qu’on éloignera avec soin les sangsues des vaisseaux sanguins qu’il seroit dangereux d'ouvrir 5 7° qu’on supprimera Yévacuation sanguine au moment où elle commence à être trop abondante, en mettant en usage le moyen le

plus propre ‘à la suspendre et à lÏempêcher de

reparoître»: combien de fautes ne commettent pas tous les jours sur ces objets les assistants et les gardes-malades? i - w '

Il résulte aussi dela longueur du temps-em

pldyépour la, morsure des sangsues, pour leur

succion , "pour l’écoulenient'du_sang après leur

chute, et quelquefois pourila suppression de ce sang , que le «malade sïnquiète, qu’il en est toujours plus ou moins fatigué, et que pour le

[ocr errors]

moment les symptômes de la maladie prennent souvent un accroissement sensible.

16" Les morsures des sangsues laissent des cicatrices de si longue durée , que souvent les femmes jeunes et idolâtres de‘ la beauté de leur peau ne veulent point permettre qu’on leur applique des sangsues aux bras ou aux cuisses, crainte de rendre ces parties désagréables a la vue; elles aiment mieux souflrir plus longtemps , ou s’exposer à périr que de porter de semblables empreintes : encore heureux le praticien qui peut obtenir de les saigner avec la lancette , au bras ou au pied, selon l’indication.

175 Les sangsues produisent souvent des effets plus ou moins préjudiciables lorsqu'elles sont appliquées ou sur les parties ducorps disposées à Piuflammation , ou sur les parties très sensibles, irritables et susceptibles de s’enflan1mer à la pluslégère blessure , comme l’œil , les paupières , le conduit’ externe de l’oreille , les lèvres , Pintérieur de la bouche, Paréole ‘et le mamelon de la femme, le gland; le prépuce, le scrotum , le périné , Porifice de Purètre, les parois internes de la vulve et les bords de Yanus. ‘ A '

Cependant il faut souvent excepter les

hémorroïdes et les bords de l’anus dans les maladies où il y a indication urgente de rappeler les hémorroïdes, ou de remplacer le flux hémorroïdjal; alors Yapplication, des sangsues sur le bord de l’anus ou sur les hémorroïdes externes flétries est ordinairement indispensable; le bien qu’on peut en retirer Pemporte sur le mal à appréhender. j _ i 18° L’application des sangsues à l’anus serpit un des plus grands secours de la médecine pour combattre la plupart des maladies par suppression ou diminution du flux hémorroïdal et des hémorroïdes , et pour dégorger les hémorroïdes externes très gonfléesæ et fort douloureuses , si‘ elle ‘n’étoit jamais accompagnée d’ inflammation des hémorroïdes ou des bords de l’anus , au point d’y produire un abcès ou une fistule. j L’application des sangsues à l’anus seroit encore d’une grandedutilité, popijévacuer une grandequantité de sang, parcequÎon _estj_plps assuré de tirer par le moyen des sangsuesbeaiu

coup de sang des vaisseaux bémorroïdaux que

des. vaisseaux sanguins de la cuisse ,-_ou_ de la jambe ou du pied 5 mais la crainte de déranger le cours du sang de la veine-porte , oude causer

à llanus une inflammation et quelquefois une fistule, doit souvent déterminer le praticien à lesianpliquer plutôt sur les cuisses, au risque ‘(Yavoirrecours à un beaucoup plus grand nombre de sangsues pour obtenir une évacuation aussi abondante de sang.

19° Les sangsues étant appliquées sur les "parties attaquées dïnflammation causée par

[ocr errors]

"Ïeigneuse, rachitique , scorbutique , cancéreuse, goutteuse ,‘ rhuniatismale , catarrheuse , par humeur critique, ou par tout autre principe , soit connu soit inconnu , elles augmentent ton»

‘jours l'inflammation, et la font souvent termi

"ner par abcès , quelquefois par gangrène , ou

par ulcère cancéreux: lorsqu'elles ne font qu’ir

riter la partie enflamméesur laquelle on les applique, elles en retardent toujours la résolution. 20° Les morsures des sangsues aux jambes,

Particulièrement proche des malléoles , se chan

gent souvent en ulcères difficiles et longs à gué

i‘ rîi», sur-tout chez les sujets cacochimes et chez

" l'es vieillards 5 elles causent encore fréquemment

' ‘aux sanguins , aux bilieux jeunes, robustes et

faisant de grands exercicesà pied , des érysipèles

i douloureux-et quelquefois longs à se résoudre.

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »