Images de page
PDF
ePub

Puisque vous y donnez, dans ces vices du temps... (V, Mis. 59; cf. 220).
Donner dans leurs maximes (des hommes) (VII, 57, Av. I, 1).
Lorsqu'on a des personnes à faire parler en musique, il faut bien que,

pour la vraisemblance, on donne dans la bergerie (VIII, 60, Bourg. g.

İ, 11). Tout le monde donne là dedans aujourd'hui; on ne court plus qu'à cela

(III, 349, Crit. vi). (Elle) n'aime point les superbes habits, ni les riches bijoux,... où donnent

ses pareilles avec tant de chaleur (VII, 112, Av. II, v). En effet..., ma cousine donne dans le vrai de la chose (II, 63, Préc, iv). Enfin il est constant qu'on n'a point trop donné Au bruit que contre vous sa malice a tourné (V, Mis. 1536 : note). Je ne puis... voir que vous donniez tête baissée dans tous les pièges

qu'elle vous tend (IX, 426, Mal. im. III, xı). Voy. Donner dans le PanNEAU; à pleine Tère dans...; dans (des) FARIBOLES; dans [des] GALIMATIAS ; dans le Doux (d'une) flatterie.

Au sens de heurter, frapper : La consonne D... se prononce en donnant du bout de la langue au-des

sus des lèvres d'en haut : DA (VIII, 87, Bourg. g. II, iv). (... Notre homme, qui) D'un pistolet d'arçon qu'il avoit apporté Lui donne (au cerf justement au milieu de la tête (III, Fach. 579). Tue, point de quartier. Donnons. Ferme. Poussons. Bon pied, bon ceil

(VIII, 471, Scap. II, ví). S'il étoit lá, je lui donnerois tout à l'heure de l'épée dans le ventre

(VIII, 469, Scap. II, vi; cf. Épée). Dom PÈDRE, lui donnant sur la joue... (VI, 243, Sic, iv, jeu de sc.).

Voy. Donner des Deux, donner sur le Nez, les OREILLES; donner de cent

sots contes par le Nez. Donneur : Monsieur le Receveur ne sera plus pour vous Monsieur le Don

neur (VIII, 594, Escarb. vıı). Ces affables donneurs d'embrassades frivoles (V, Mis. 45). Voilà de mes donneurs de conseils à la mode (V, 306, Am, méd. I, 1).

Mon'sieur le donneur de papieir (VIII, 213, Bourg. g. Ballet des Nat.). Dont. Voy. l'Introd. gram. aux PRONOMS RELATIFS, et le Lexique à De. Donzelle : Vous verrez à quel bal la donzelle est allée (II, Éc. d. m. 947).

Nos donzelles ridicules (II, 57, Préc. 1). Dor (du), pour de l'or, de l'ornement d'or, de la broderie d'or : Il a du dor

à son habit (V, 106, D. Juan, II, 1 : note; cf. V, Mis. 747). Doré : Un habit bien doré (V, 91, D. Juan, I, 11).

En carrosse doré... (IX, F. sav. 985).
Dorénavant : ... Si dorénavant votre imprudence éclate... (I, Ét. 465).

THOM. Diar. Aussi mon cæur dores-en-avant tournera-t-il toujours vers

les astres resplendissants de vos yeux adorables... (IX, 352, Mal. im. Dorer. Voy. à Pilule.

(II, v: note). Dorloter : ... Une belle femme,... qui me dorlotera (IV, 23, Mar. f.1: note). Dormir : Nos yeux n'ont point de mauvais desseins, et votre cæur peut

dormir en assurance sur leur prud'homie (II, 77, Préc. 1x). Aux menaces du fourbe on doit ne dormir point (IV, Tart. 1699). Je dis que ce sont là des contes à dormir debout (VI, 530, G. D. I, vı). Le sommeil est nécessaire à l'homme; et lorsqu'on ne dort pas sa réfection, il arrive... (IV, 136, Pr. d'É, Interm. I, 11 : note).

Sa réfection, ici, sorte de locution adverbiale : de façon à se refaire, suffisamment, tout son soal Voy. Eau qui dori.

Dos : Avec un si bon dos, ma foi, Monsieur Loyal,

Quelques coups de bâton ne vous siéroient pas mal (IV, Tart. 1803). Que je prendrois de joie à venger sur son dos tous les pas inutiles que

sa jalousie nous fait faire! (V1, 243, Sic, iv.) Vous n'avez pas chargé son dos avec outrance? (I, Ét. 1068.) Il faut que tout le mal tombe sur notre dos (II, Sgan. 447). (III, 1). La méchante besogne ne retombe jamais sur notre dos (VI, 98, Méd, m.i. Elle me tourne le dos avec effronterie! (VIII, 128, Bourg. g. III, ix.) Ceux qui se font les plus grandes amitiés du monde, et qui, le dos tourné,

font galanterie de se déchirer l'un l'autre (III, 415, Impr. iv). Dose : ... De la chère, ai-je fait, la dose est trop peu forte,

Pour oser y prier des gens de votre sorte (III, Fách. 83).
Répands, Vénus, de tes attraits
Deux ou trois doses charitables

Sur ce museau tondu tout frais (VI, 193, Past, com, 11).
Dot, subst. masc, et fém. : ... Le futur doit douer la future

Du tiers du dot qu'elle a (III, Éc. d. f. 1058 : note).
C'est une raillerie que de vouloir me constituer son dot de toutes les

dépenses qu'elle ne fera point (VII, 113, Av. II, v). Quand on ne prend en dot que la seule beauté (I, Ét, 1473). (Vous me jugez capable) De vous porter en dot un bien considérable

(IX, F. sav. 1466). (Veuillez) Nous exprimer la dot en mines et talents (IX, F. sav. 1608). Douaire : Il y en a d'autres... qui ne se marient que pour gagner des

douaires... (IX, 372, Mal. im. II, vi). Voy. à Prépix. Double, adj. : Et de même que moi, Monsieur, vous êtes double ( Amph. 977).

Double fils de putain...! (VI, Amph. 1794 : note.)
Ah chien ! ah double chien! (I, Ét, 1675.) Cf. BOURREAU.
Voy. CATHOLICON double.
Ah! que ce cour est double et sait bien l'art de feindre! (D. Garc. 557, et

Mis. 1322.) Cf, I, Dép. a. 325; II, Sgan. 392; IV, Tart. 1602.
Double, petite monnaie : ... Il vous rendra tout jusques au dernier double

(III, Éc, d. f. 1548 : note). Sans leur donner un double (V, 165, D. Juan, IV, 11). Quatre pièces tapées et cinq sols en doubles (V, 105, D. Juan, II, 1:0.). Vous de les auriez pas s'il s'en falloit un double (VI, 61, Méd.m. l. I, v:n.). Val. Monsieur maître Jacques.... Mo Ja. Il n'y a point de Monsieur

maître Jacques pour un double (VII, 138, Av. III, 11 : note). Doucement : Je ne puis pas nier qu'il n'y ait eu des Pères de l'Eglise qui

ont condamné la comédie; mais on ne peut pas me nier aussi qu'il n'y en ait eu quelques-uns qui l'ont traitée un peu plus doucement (IV,

378, 379, Tart, Préf.). Je suis ravi que... les choses se passent doucement (IV, 65, Mar. f. 1x). Hé bien! voilà dire une raison, et il y a plaisir à se répondre doucement

les uns aux autres (IX, 299, Mal. im. I, v). Tâchons de vous les dire (les choses) le plus doucement qu'il nous sera possible, et d'épargner les gens le plus que nous pourrons (VII, 297,

Pourc. II, IV; cf. I, Dép. a. 1613). Pourrois-je point m'éclaircir doucement s'il y est encore? (VI, 557, G. D. On veut le tromper tout doucement (VI, 512, G. D. I, II).

TII, vi.) Ces femmes qui... veulent conduire doucement les affaires qu'elles ont sur

le pied d'attachement honnête (III, 404, Impr. 1). Il y a d'autres personnes... qui ont des expédients pour passer douce

ment par-dessus la loi.... Vous pouvez choisir doucement un ami intime de votre femme, auquel vous donnerez... (IX, 314, 315, Mal, im, I, vii).

Ces personnes qui prêtent doucement des charités à tout le monde (III,

404, Impr. 1). Et que chacun chez soi doucement se retire (VI, Amph. 1941). Je le remerciois doucement de la tête (III, Fach. 71). Mon frère, doucement il faut boire la chose (II, Éc.d. m. 1091). (f. 1227). (Certaines gens) Qui souffrent doucement l'approche des galans (III, Éc. d. Je prends tout doucement les hommes comme ils sont (V, Mis. 163). Je ne pardonnerai jamais et garderai tout doucement une haine irréconci

liable (V, 194, D. Juan, V, 11). Ne désabusons point les hommes... et profitons de leur sottise le plus

doucement que nous pourrons (V, 338, Am, méd. III, 1). Prenez le parti doucement D'attendre le Prince au passage (III, Rem, au R. 69). Vous avez une civile opiniâtreté qui me fait venir doucement à tout ce

qu'il vous plaît (VIII, 151, Bourg. g. III, xv). Cf. V, 88, D. Juan, I,

11; IX, F. sav. 303. La nature, d'elle-même, quand nous la laissons faire, se tire doucement du

désordre où elle est tombée (LX, 399, Mal, im. III, m). ARG. Je ne suis point bon, et je suis méchant quand je veux. Torn. Douce

ment, Monsieur : vous ne songez pas que vous êtes malade (IX, 304,

Mal, im. I, v; cf. IX, 307 et VỈ, 94, Med. m. I. II, v). Fros. ... Vous aimez? Asc. Frosine, doucement; N'entrez pas tout à fait dedans l'étonnement : Il n'est pas temps encore (I, Dép. a. 405). Cf. I, Ét, 1039; II, Sgan. 417;

IX, F. sav, 159. Tout doucement, Monsieur, tenez-vous, s'il vous plaît (V, 121, D. Juan, CLÉANTHIS. Tu m'en fais éclater la joie en ton visage

(II, 11). Sos. Mon Dieu, tout doucement ! Si je parois joyeux,

Crois que j'en ai dans l'âme une raison très forte (VI, Amph. 1149). Doucereux : ... Qu'il est doucereux ! c'est tout sucre et lout miel (Éc.d.m. 209).

Amours doucereux : voy. à EMPORTÉ. — MLLE DU CROISY, peste doucereuse (III, 386, Impr. Acteurs). – Un brave doucereux (83, Mar. f. Livret, III, 11).

- D'un ton doucereux (IX, 309, Mal. im. I, vi). Il y a un certain air doucereux qui les attire (les galants) ainsi que le

miel fait les mouches (VI, 548, G. D. II, 11). Votre Clitandre... qui fait tant le doucereux (V, 545, Mis. Billet de Cél.). Doucet : ... Vous n'y touchez pas, tant vous semblez doucette (IV, Tart, 22). Douceur : ... Venir du beau temps respirer la douceur (II, Éc, d. m. 86).

La fierté de l'obscur (tranchant) sur la douceur du clair (Val-de-Gr. 182). Un esprit de douceur nous met d'accord tous deux (Dép, a. 888; cf. 867, ... De ma douceur elle a trop profité (IX, F. sav. 701).

(868). ... C'est le cœur qu'il faut arrêter par la douceur et par la complaisance

(VI, 274, Sic, xvin). La douceur d'une femme est tout ce qui me charme (VI, Amph. 666). ... Votre accueil retient ceux qu'attirent vos yeux, Et sa douceur offerte à qui vous rend les armes Achève sur les cours l'ouvrage de vos charmes (V, Mis, 469). (Son cour)... n'a pour vous que de feintes douceurs (V, Mis. 1915). (Le Dieu n'a) Rien en grâce, en douceur, en vive majesté, Qui ne présente à l'ail une divinité (LX, Val-de-Gr. 321). [II]... Pourroit bien avoir douceur de cæur pour elle (IV, Tart. 837: note). J'aime fort le repos, la paix et la douceur (IX, F. sav. 665). ... Rétablir chez toi la paix et la douceur (VI, Amph. 1895). J'aime qu'avec douceur nous nous montrions sages (IV, Tart. 1329). ... Voyons ses défauts avec quelque douceur (V, Mis, 148). Avec douceur laissez-nous voir

LEX, DE M.

De quel côté peut être l'imposture (VI, Amph, 1665).
... Faire qu'en douceur passât toute la chose (I, Dép. a, 826).
L'autre en toute douceur laisse aller les affaires (III, Éc, d. f. 32).
D'autres gens feroient du bruit et s'emporteroient contre nous; mais nous

sommes personnes à traiter les choses dans la douceur (IV, 63, Mar, f. 1x). Les choses iront dans la douceur (VII, 180, Av. V, 11). [V, 11). Je souhaite fort que les choses aillent dans la douceur (V, 197, D. Juan, On goûte une douceur extrême à réduire... le cæur d'une jeune beauté

(V, 87, D. Juan, I, n). (Ce causeur) Dont l'abord importun troubleroit la douceur Que nos amants goûtent ensemble (VI, Amph. 263). Et j'aurai des douceurs dans mon instant fatal De ravir cette gloire à l'espoir d'un rival (II, D. Garc, 1510). Et si cette action a de quoi l'affliger, C'est toute la douceur que mon cœur s'y propose (I, Dép. a. 544). ... La douceur du bien qui m'en doit arriver (I, Ét. 496).

La charmante douceur (du beau nom de fille) (IX, P. sav. 2). - La douceur des amours (IX, 592, Interm. nouv. du Mar. f.). ... Me laisser goûter les douceurs du sommeil du matin (VI, 246, Sic, vi). ... Les douceurs d'une innocente vie (IX, F. sav. 24). ... Du grec ! quelle douceur! (IX, F. sav. 944; cf. 215.) Qu'ils ont (vos traits) de douceurs et de charmes, et qu'on court de risque

à les peindre (VI, 264, Sic, xı). Un souris chargé de douceurs (VIII, Psy. 277). ... Ces attraits, ces douceurs Qui font à leurs leçons un passage en nos cæurs (IX, Val-de-Gr. 65). Que cette aventure est pour vous pleine de douceurs ! (VI, 563, G. D. II,

vin.) Cf. II, D. Garc. 836 et VI, Amph, 104. Il [cet hymen) sera tout confit en douceurs et plaisirs (IV, Tart, 532). Cette farouche humeur, dont la sévérité Fuit toutes les douceurs de la société (II, Éc, d. m. 14). ... Renoncer aux douceurs des encens (IX, F. sav, 102). (Louis, le grand Louis... A versé de sa bouche...) De deux précieux mots les douceurs chatouillantes (IX, Val-de-Gr. 300). Ce sont des douceurs exquises que des louanges éclairées (VIII, 48, Bourg. ... (Les charmantes douceurs

18. I, 1). Que l'amour de l'étude épanche dans les cœurs (IX, F. sav. 41). Que ne voudroit-on pas faire... pour s'attirer un seul moment des tou

chantes douceurs d'une âme si reconnoissante? (IX, 361, Mal, im, II, v.) Quelques paroles de douceur (IX, 319, Mal, im. I, viu). Un mot de douceur (VI, Amph. 639 et 1129).

(II, 11). Je veux... goûter le plaisir de m'ouïr dire des douceurs (VI, 550, G, D.

Cf. VII, 162, Av. IV, m; I, Ét. 18; I, Dép. a. 1792; IV, Tart. 1373; V. Mis. 708, 1285. Je souffre qu'on me loue de ma sincérité, qu'on dise que je suis une

bonne princesse... : je puis tâter de tout cela; mais pour les douceur. de charmes et d'attraits, je suis bien aise qu'on ne m'en serve point;.. on doit faire quelque scrupule d'en goûter la louange (VII, 400, Am magn. I, il : note).

[Amph, 1930) (Ne vous embarquez nullement) Dans ces douceurs congratulantes (V Douer. Le Nor. L'ordre est que le futur doit douer la future Du tiers du dot qu'elle a...

[d. f. 1057 : note; 1062) ... (Le futur peut comme bon lui semble) Douer la future (III, 234, E. Doué : Tout est d'un grand mérite également doué (V, Mis. 1072). Douleur : Non, ce n'étoit pas moi, pour ma douleur sensible (VI, Amph, 1025)

Comparez l'expression : « pour mon malheur ».

Ce me seroit une trop sensible douleur, que vous fussiez de la partie (V,

152, D. Juan, III, in). C'est lors (alors que les douleurs commencent à nous prendre (I, Ét. 212).

J'en ai senti dans l'âme une douleur mortelle (ibid, 596). Doute : Les doutes que l'on forme sur ces sortes de choses (VII, 416, Am.

magn, II, m). Les conjectures que l'on fait. (Cela se pourroit bien) Le doute est mieux fondé (I, Dép, a. 16). Que de doutes fréquents ses vœux soient traversés (II, D. Garc. 394).

Cf. V, Mis, 1122. Pour me tirer d'un doute où me jette ma sœur... (IX, F. sav. 121). Mais pour l'astrologie,... je ne la puis mettre en doute (VII, 444, An magn. III, 1).

Cf. V, 119, D. Juan, II, 11; VI, 583, G. D. III, vi. ... Je n'en sais aucun doute (V, Mis, 1453). ... De sa trahison je ne fais plus de doute (II, Sgan. 125).

Le texte de 1682 est : « ... Je ne suis plus en doute. » ... De mes veux encor vous pouvez être en doute? (II, Éc, d, m. 724.) Ce que Valère... témoigne de joie ou bien d'indifférence... Tient mon bonheur en doute, et me rend difficile Une entière croyance aux propos de Lucile (I, Dép, a. 33). Tenez, voyez ce mot et sortez hors de doute (I, Dép, a. 133). D. Garc. (Vous)... n'avez point écrit à quelque autre personne? ... D. Elvi. Non, sans doute, et ce discours m'étonne (D, Garc, 545; cf. 1188).

Sans nul doute, bien certainement. — Cf. I, Dép. a. 732 ; II, 108, Préc. XI; VI, Amph. 88; VII, 85, 145, Av. I, v et III, vii, Ah! je t'arracherai cette langue sans doute (VI, Amph. 1545). Mart. La poule ne doit point chanter devant le coq. CHRYS. Sans doute (IX, F. sav. 1645; cf. 452, 703). M. JOURD. De cette façon donc, un homme... est sûr de tuer son homme,

Mo D'ARMES. Sans doute (VIII, 74, Bourg. g. II, 11). (Mon cæur)... n'est point suspendu, sans doute, entre vous deux, Et rien n'est si tôt fait que le choix de nos vœux (Mais...) (V, Mis. 1627). Tout cela fait chez moi sans doute un merveilleux effet;... mais... (VII,

56, Av. I, 1). Et dites-moi un peu, belle Charlotte, vous n'êtes pas mariée, sans doute?... Cet amour est bien prompt sans doute; mais quoi? c'est un effet, Char

lotte, de votre grande beauté (V, 117, 118, D. Juan, II, II). Nous avons vu suffisamment la malade, et sans doute qu'il y a beaucoup

d'impuretés en elle (V, 319, Am, méd. II, 11). Douter, se douter de : Sous couleur de changer de l'or que l'on doutoit (I, Ét. 670).

Que l'on tenait pour suspect : voy. des exemples de cet emploi archaïque dans les Lexiques du Malherbe et du Corneille. Il ne faut point douter qu'il fera ce qu'il peut, Et s'il a de l'argent, qu'il pourra ce qu'il veut (I, Ét. 705 et 706). Puisque nos yeux, Madame,'ont pu longtemps douter Qui de ces deux amants vous vouliez mieux traiter (II, D. Garc, 17). Vous promettez beaucoup, Prince ; et je doute fort Si vous pourrez sur vous faire ce grand effort (II, D. Garc. 313, 314). C'est de mon jugement avoir mauvaise estime Que douter si j'approuve un choix si légitime (III, Éc, d. f. 1669). Et de moi je commence à douter tout de bon (VI, Amph. 485; cf, 1670). Triss. ... Vous le trouverez (ce sonnet), je crois, d'assez bon goût. ARM. Ah! je n'en doute point (IX, F. sav. 755).

« PrécédentContinuer »