Images de page
PDF
ePub

♡ située dans le plan normal à la courbe , et faisant un certain angle 0 avec le rayon de courbure. .

A cause de la petitesse de l'intensité Q, il est permis de regarder le plan normal comme perpendiculaire à la ligne de tir.

La force peut être décomposée en deux : l'une, horizontale Ø sin. 0, produit la déviation latérale moyenne : l'autre, cos. O, est dirigée suivant le rayon de courbure et produit dans ce sens une déviation, laquelle, étant divisée par le sinus de l'angle de chute, donne la déviation moyenne longitudinale ou en portée.

D'après ce qui précède, on peut supposer que l'intensité Q est proportionnelle à la vitesse du mobile.

Si l'angle 0 était égal à 45°, les deux composantes Q sin. O et © cos. O seraient égales entre elles; mais il n'en serait pas de même des déviations latérales et longitudinale, l'angle de chute étant toujours plus petit que goo: la première aurait la moindre valeur.

Toutefois, lorsque les bombes s'élèveraient à des hauteurs de plus en plus grandes, l'angle de chute se rapprochant de goo, le rapport des deux déviations convergerait vers l'unité.

Mais cette hypothèse de 0 = 45°, admissible dans le tir surbaissé, ne l'est peut-être pas lorsqu'il s'agit de trajectoires élevées décrites par la bombe.

Plusieurs faits semblent indiquer que, si la déviation longitudinale est la plus grande dans le cas où la hauteur du jet est faible, le contraire arrive quand la bombe s'élève à une hauteur considérable.

On serait conduit à adopter une semblable opinion, en examinant avec attention un tableau d'expériences rapporté par M. le lieutenant-colonel Piobert, dans le premier volume de son Traité d'artillerie, page 201. Il convient cependant l'ajouter que l'auteur n'en tire pas une pareille conclusion,

Le mortier étant incliné à 45° :

BOUCHES

DISTANCES. (Mètres.)

à

feu.

100 200 300 400 500 600 700 800|1,000 1,200 1,400 1,600

0-71 1-8) 3031 6 1 10 0 15,0 20-0/26-0 39055-01 73,0 96,0

[blocks in formation]

3.2) 6,2-8,5/11,013,0 15,0 17,0 19,0 23,0 29,0 40,0 53,0

[blocks in formation]

laté
rale.

1,0 2,5 5,0 7,5 11,0 15,0 20,0 24,0 35,0 50,0 70,093,0
Slongituj
(dinale.

3,0 7,0 11,0 15,0 18,0 22,0 26,0 30,0 39,0 50,0) 60,0 20,0

A la distance de 6oo mètres, les déviations longitudinale et latérale des obus de o", 1635 sont égales. En deçà , la déviation longitudinale l'emporte; au delà, la supériorité appartient à la déviation latérale.

Quant aux obus de o”, 149, l'égalité des deux déviations n'a lieu qu'à la distance de 1,200. Aux distances inférieures, la déviation longitudinale est plus grande; le contraire arrive aux distances supérieures.

Les mêmes circonstances se sont encore reproduites, quoique d'une manière moins sensible, dans les expériences exécutées, en 1840, sur le mortier de o”,32. (Expériences de Gavre, 3. section, page 180.)

NOTE.

On se propose, dans cette note, de comparer la table de déviations du S 29 avec les résultats obtenus dans d'autres expériences.

M. le lieutenant-colonel Piobert, dans le premier volume de son Traité d'artillerie, donne le tableau suivant, auquel d'ailleurs il ne joint aucune réflexion.

Déviations moyennes latérales des boulets massifs. .

DISTANCES. (Mètres).

BOUCUES

à feu.

500 600 800|1,000 1,200 1,400 1,600 1,800 2,000 2,200/2,400 2,600

EXPÉRIENCES DE L'AN XI.

La charge n'est pas indiquée. 0m50mg) 104) 2001 208) 3m81 409) 60484 11-014-4190

[blocks in formation]

0,5 0,8 1,7

2,3 3,6 5,2

7,2 9,71 13,0 17,2 22,0 25,0

n

6 0,51 0,8 1,71 3,2 5,1 7,410,2 15,0 22,5 32,5| 43,0)

EXPÉRIENCES DE 1833.

La charge était du tiers du poids du boulet, 12 |1,631 4,6

7,01

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Canons

de campagne

[merged small][merged small][ocr errors]

de

[ocr errors][merged small][merged small]

Pour les boulets de 12, la déviation du tableau surpasse celle que donne la table du $ 29, canon de 12, charge 2 kilogrammes ; toutefois, à la distance de 1,200 mètres, la différence n'est que de 0", 9.

Mais la déviation des boulets de 24 , et même de 16, déduite des expériences de l'an xi, est très-inférieure à celle que donne la table pour les boulets de 3o.

Dans l'absence de tout renseignement sur la manière dont le tableau a été formé, il n'est pas possible d'assigner les causes de ces différences.

On fera observer cependant que les expériences de l'an xi ne paraissent pas d'accord avec celles de 1843; car, quelles que soient les différentes charges employées pour les boulets de 6, on ne peut guère admettre que les viations de ces projectiles soient inférieures à celles des boulets de lancés

par

les canons de campagne, avec la charge de 14,96.

3

12,

On trouve encore , à la page 127 de l'ouvrage de M. le lieutenant-colonel Piobert, le tableau suivant :

Déviations latérales

moyennes

des obus.

DISTANCES. (Mètres.)

BOUCHES À FEU.

600 800 1,000 1,200|1,400 1,600 1,800 2,000 2,200/2,200

court

EXPÉRIENCES DE LA FÈRE, 1826. Obusior do 0,16 en

(long.. [20314706"41000 16 0 22 031404190 bronzo

3,1 5,5 9,3 14,2 21,0 30,0 41,01 Obusier do 0m, 15 ou long.. | 3,2 5,2 8,7) 13,6 20,0 28,5) 39,0) do 24, en bronze..

3,81 6,91 11,01 16,61 26,01 37,5

EXPÉRIENCES DE LA FÈRE, 1830. Obusier de côte do 0,22, 1,01 5,01 9,0 14,0 20,51 29

chargo 3 kilogr.

court

[ocr errors]

Les charges dont on fait habituellement usage avec l'obusier long de o", 16 sont de 1 kilogramme et de 04,75. Les déviations relatives à cette bouche à feu, et rapportées dans le tableau précédent, ne disfèrent pas beaucoup de celles que donne la table du $ 29, pour le tir à obus du canon-obusier de 30 avec la charge 14,50; toutefois, elles leur sont supérieures. On sait que les dimensions intérieures des deux pièces n'offrent que de très-légères différences.

L'obusier de o", 22 destiné à la défense des côtes, se rapproche beaucoup, par son poids et ses dimensions intérieures, de l'obusier de o",22 n° 2. Lorsque la charge est de 3 kilogrammes, les déviations moyennes relatives à l'une et à l'autre bouche à feu doivent être à peu près les mêmes. Le tableau précédent et la table du $ 29 donnent en eflet des valeurs peu différentes , tant que la distance est inferieure à 1,000 mètres; mais, au delà, les déviations de la Fère l'emportent sur celles de Gavre. Il est vrai que les

obus employés à la Fère ne pesaient que 24 kilogrammes, tandis que le poids des obus de la marine est de 265,500.

Il résulte de ces rapprochements que les déviations données

par la table du $ 29 sont généralement inférieures à celles qui sont déduites des expériences les plus récentes exécutées par l'artillerie de terre.

N° 101.

AVIS AUX NAVIGATEURS.-Feux, balises, etc. Établissement d'un feu sur le brise-lames de Plymouth. Un avis de la corporation de Trinity-House a porté à la connaissance des navigateurs que le phare en construction depuis quelque temps sur l'extrémité occidentale du briselames, dans la baie de Plymouth, était presque achevé, et qu'un seu devait y être allumé, pour la première fois, dans la soirée du 19 juin, époque à laquelle le feu flottant serait enlevé de sa position.

Le feu sera allumé à une hauteur de 63 pieds anglais (19",2) au-dessus du niveau de la haute mer de vives eaux, et paraîtra rouge dans loutes les directions, lorsqu'on le verra du large, et blanc lorsqu'on sera en dedans du briselames.

L'alignement du phare par la tour du mont Batten conduit au S. E. des Hand-Deeps, et c'est aussi la meilleure marque pour éviter le Dragstone et les bancs Penlee.

L'alignement du phare par la pointe Penlee conduit au N. 0. des Hand-Deeps.

Modification dans l'éclairage du phure du cap Peniche (côtes de

Portugal). Le bureau royal des douanes de Lisbonne a fait savoir aux navigateurs que, pour remédier à l'inconvénient ré

« PrécédentContinuer »