Images de page
PDF
ePub

210

HARVARD UNIVERSITY LIBRARY NOV 27 1990

A MONSIEUR

LE COMTE DE SALVANDY

MINISTRE DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE
VICE-PRÉSIDENT DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS

MEMBRE DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE

BTC

HOMMAGE RESPECTUEUX DU TRADUCTEUR

En 1718, un savant distingué par une instruction fort étendue, notamment dans les langues et les littératures de l'Orient, l'abbé Renaudot, publia un volume intitulé : Anciennes relations des Indes et de la Chine, de deux voyageurs mahometans qui y allèrent dans le ixe siècle de notre ère. Ces relations étaient traduites de la langue arabe, et Renaudot les avait accompagnées de remarques, dont plusieurs étaient fort intéressantes.

Le récit des voyageurs arabes jetait un jour tout nouveau sur les rapports commerciaux qui existèrent au ix° siècle entre les côtes de l'Égypte, de l'Arabie et des pays riverains du golfe Persique d'une part, et, de l'autre, les vastes provinces de l'Inde et de la Chine. Ce récit était d'autant plus curieux, qu'au moment même où l'on finissait de le mettre par écrit, les relations qui en forment l'objet

ce

s'étaient interrompues, et qu'elles ne reprirent que plusieurs siècles après, lorsqüe les Mongols, par la conquête successive de la Perse, de la Chine et de la Mésopotamie, eurent de nouveau mis en rapport immédiat les deux extrémités de l'Asie, et que l'Occident lui-même se trouva en communication avec l'Orient le plus reculé.

La partie du récit qui traite de la Chine n'était pas toujours d'accord avec que les savants missionnaires catholiques avaient écrit sur un pays si différent des autres. A la vérité, il y avait quelques erreurs provenant de Renaudot. Il n'eût pas été surprenant, d'ailleurs, que des marchands, qui ne parlaient pas la langue du pays et qui n'y étaient venus que pour des affaires commerciales, se fussent trompés sur quelques points. On accusa l'abbé Renaudot d'inexactitude et de légèreté; quelques-uns allèrent plus loin : comme Renaudot n'avait donné aucune indication précise du manuscrit d'où il avait tiré ce récit, se contentant de dire

que

le volume

« PrécédentContinuer »