Images de page
PDF
ePub

A SA MAJESTÉ

L'EMPEREUR NAPOLÉON III.

SIRE,

Votre Majesté impériale est le souverain de l'Europe qui a le mieux compris toute l'importance de l'Amérique latine, et celui qui a contribué de la manière la plus directe à l'immense développement du commerce que fait la France avec ce vaste continent. Un fils des rives fertiles de la Plata, comptant sur la bienveillance habituelle qui est un des caractères distinctifs de Votre Majesté impériale, ose prier Votre Majesté de vouloir bien

agréer la dédicace de l'ouvrage dont il a l'honneur d'adresser, conjointement avec cette supplique, la Préface et l'Introduction, non-seulement comme un témoignage de l'admiration respectueuse que lui ont inspirée et que lui inspirent l'intelligence supérieure et la haute pénétration de Votre Majesté impériale, mais encore, il croit pouvoir l'affirmer, comme l'expression sincère de la gratitude de tous les peuples de race latine.

J'ai l'honneur d'être, avec le sentiment du plus profond respect,

SIRE,

De Votre Majesté impériale

le très humble et très obéissant serviteur.

CARLOS CALVO,

53, rue de la Chaussée-d'Antin.

Paris, le 16 avril 1862.

LETTRE DE M. THOUVENEL,

MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DE FRANCE.

MONSIEUR

J'ai reçu la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 16 de ce mois, et je me suis empressé de mettre sous les yeux de l'Empereur celle par laquelle vous sollicitez Sa Majesté d'agréer la dédicace de votre ouvrage. Je suis heureux de pouvoir vous répondre que l'Empereur, appréciant le sentiment qui vous a inspiré cette demande, accepte avec plaisir la dédicace d'un travail dont la publication lui paraît offrir aujourd'hui un véritable intérêt.

Recevez, Monsieur, les assurances de la considération la

plus distinguée avec laquelle j'ai l'honneur d'être

Votre très humble et très obéissant serviteur.

THOUVENEL.

Paris, le 22 avril 1862.

Monsieur Charles Calvo, chargé d'affaires

du Paraguay, etc.

iteur.

AMÉRIQUE LATINE.

est peu connue

en Europe.

L'Amérique latine a été découverte, conquise et peu- L'Amérique latine
plée par l'Europe, et cependant elle n'en est pas connue
comme elle devrait l'être, eu égard aux intérêts qui unis-
sent si étroitement ces deux parties du monde.

Les savants Humboldt, Bompland, Boussingault,'Roulin,
d'Orbigny, Saint-Hilaire et autres qui ont visité l'Amé-
rique, se sont contentés d'en étudier la nature phy-
sique, et ils ont révélé au monde, dans des ouvrages aussi
profonds que lumineux, les précieux trésors qu'elle ren-
ferme dans son sein; mais, malheureusement pour l'Amé-
rique, il eût fallu pour compléter ces études un examen
sérieux de l'état intellectuel, politique, social et même
économique de ces peuples, et ce travail important fait
encore défaut.

Causes

servant à expliquer
pourquoi

Je crois aussi que l'on doit attribuer à plusieurs autres
causes l'ignorance absolue dans laquelle on est en Europe
sur l'état de la civilisation et des progrès incessants qu'a l'Amérique latine
faits l'Amérique et qu'elle fait chaque jour:

1. A l'enseignement incomplet que l'on donne dans les
colléges, en Europe, sur l'histoire et la géographie du con-
tinent sud-américain, les professeurs n'étant pas sous ce

est peu connus
en Europe.

1

« PrécédentContinuer »