Images de page
PDF
ePub

bonheurs que vous méritez, et que je suis avec un attachement trèsparfait, &c.

Réponse de Madame de Sérigné à sa Fillo. Si j'avais un ceur de cristal où vous puissiez voir la douleur triste et sensible dont j'ai été pénétrée, en voyant comme vous souhaitez que ma vie soit composée de plus d'années que la vôtre, vous connaîtriez bien clairement avec quelle vérité je souhaite aussi que la Providence ne dérange point l'ordre de la nature qui m'a fait venir en ce monde beaucoup avant vous pour être votre mère. La raison' et la règle veulent que je parle la première; et Dieu sait avec quelle instance je lui demande que cet ordre s'observe en moi! Il est impossible que la justice de ce sentiment ne vous touche pas autant que j'en suis touchée. De là, ma fille, vous n'aurez point de peine à vous représenter quelle sorte d'intérêt je prends à votre santé.

[ocr errors]

DES BILLETS. Ils supposent une sorte de familiarité entre ceux qui se les envoient. On en écrit anssi à ses inférieurs; on n'en reçoit point d'eux. Ils diffèrent d'une lettre en ce qu'ils n'exigent aucun cérémonial, qu'ils sont plus courts, qu'ils ne portent qu'un simple nom pour adresse, que, jusqu'à la manière tortillée ou bizarre de les plier, ils bravent toute étiquette, qu'enfin ils ne s'emploient guère que pour faire une invitation, accompagner un petit présent, annoncer un événement de société, se donner même une simple marque de souvenir, et tenir lieu d'une visite.

Lorsqu'un inot agréable ou ingénieux se place naturellement dans un billet il y ajoute quelque prix.

" Les affaires et les ennuis continuent à me tourmenter. Je vous attends à dîner aujourd'hui; venez jeter quelques fleurs sur ma vie."

Voltaire invita l'auteur de l'Art d'Aimer à souper chez Madame du Châtelet par ce quatrain si counu.

Au nom du Pinde et de Cythère
Gentil Bernard est averti,
Que l'art d'aimer doit samedi

Venir souper chez l'art de plaire. On écrit communément les billets en se servant de la troisièine personne, et sous ce rapport, ils demandent beaucoup d'attention pour ne pas être amphibologiques. Par exemple: M. A*** prie

4 Mr. B *** de vouloir bien diner chez lui. Chez qui? Il y a évidemment ici une équivoque au moins grammaticale.

L*

[ocr errors]

Madame D*** prévient Madame G*** qu'elle a aujourd'hui 84 loge à l'Opéra. A laquelle des deux se rapportent ces pronoms elle et sa.

Il est facile d'imaginer d'autres manières de tourner saus amphibnlogie ces billets qu'on nomme du matin. Par exemple: Madume de M*** aura samedi au soir, un ou deur violons et quelques dan. seurs ; elle s'estimerait heureuse si Madame et Mesdemoiselles de

venaient embellir sa petite fête ainsi qu'elle a l'honneur de les en prier.

Madame M*** a aujourd'hui sa loge aux Français.* Le plaisir du spectacle sera doublé pour elle si elle peut avoir l'ovantage d'en jouir avee Madame le P*** à qui elle offre une ou même deux places.

M. de *** serait bien aimable s'il pouvait aujourd'hui venir diner chez M. L. qui l'en prie avec instance et lui dit mille choses honnétes.

Madame S * envoie savoir des nouvelles de la migraine de Mademoiselle P ***, à qui elle fait les plus tendres complimens. Elle espère que cette indisposition n'aura pas de suites, et que la déesse de la santé ne voudra pas se brouiller avec les grâces.

Les billets suivans et leurs réponses relatives aux circonstances les plus ordinaires de la société, peuvent servir de modèles en ce genre.

Lundi, d une heure. Mr. de Cimar présente ses plus sincères complimens à Mlle. de Bourdic, et lui demande la permission de l'accompagner à l'assemblée demain soir.

Réponse

Lundi, trois heures. Mlle, de B. fait mille remercimens à Mr. de C. pour son offre obligeante, qu'elle est très-fachée de ne pouvoir accepier, étant elle. inême déjà engagée.

Lundi, dix heures du matin. Mme. Deshayes fait ses respectueux complimens à Mme. Maillard, et l'engage à lui faire l'honneur de venir ce soir prendre le thé.

Réponse.

Onze heures du matin. Mme. M. fait ses complimens à Mine. D.; elle se fait un plaisir d'accepter son ajwable invitation.

* Nom du principal théâtre de Paris.

Mille complimens de la part de Mme. de Beauharnais à Mme. de Ste. Amaranthe et à ses jeunes demoiselles; elle espère qu'elles sont arrivées sans accident à la maison, et parfaitement remises des fatigues de la dernière soirée.

Réponse.

Mardi, à deux heures. Mme. et Mlles. de Ste. A. sont sensibles à l'intérêt que leur témoigne Mme. de B.; elles sont arrivées saines et sauves, et se portent toutes bien, à l'exception de Joséphine, qui a attrapé un petit rhume.

Mercredi. Mille complimens de Mme. de Ségur à Mlle. le Compte; elle la prie de lui accorder le plaisir de sa société à dîner Dimanche prochain. On se mettra à table à cing beures.

Réponse. Mille complimens de Mlle. le C.; elle ne tuanquera pas de se rendre à l'invitation de Mme. de S.

Jeudi. Je vous invite, ma chère, à venir prendre le thé ce soir avec moi; je serai seule, et j'espère que vous voudrez bien me procurer le plaisir de votre charmante compagnie : ne me refusez pas cette gráce. Adieu.

Réponse. Je vous remercie infiuiment, ma chère, de votre obligeante invitation; mais je suis extrêmen:ent fâchée de ne pouvoir l'accepter, parce que nous attendons compagnie ce soir; pour demain, vous pouvez disposer de moi; et, si vous ne venez pas me voir le matin, j'irai" certainement vous trouver le soir.

Vendredi. Je viens d'arriver de Luxeuil. Si vos occupations vous permettent de venir chez moi, je vous apprendrai des nouvelles qui vous feront plaisir. Je serai toute la journée à la maison, ainsi choisissez votre heure.

Réponse. Je suis charné d'apprendre que vous soyez enfin de retour de Luxeuil : n'eussé-je d'autre motif que celui de vous en féliciter après une si longue absence, cela seul m'engagerait à vous aller vois

Vous pouvez donc compter que je me rendrai chez vous cette aprèsmidi, sur les cinq heures.

Samedi matin. Mme. Pelletier présente ses complimens à Mlle, de Neufchâteau, et espère qu'elle voudra bien l'honorer ce soir de sa compagnie, à une partie de cartes.

Réponse. Mlle. de N. fait ses très-respectueux complimens à Mme. P. Elle est désolée d'avoir un engagement de même nature.

Si vous n'êtes pas engagée demain, ma chère amie, je vous invite à venir faire un tour de promenade avec ma sæur et moi; ma voiture sera prête à midi. Ne cherchez point de prétexte pour vous excuser, et faites-moi savoir votre résolution au plutôt.

Réponse. Comme j'ai promis de sortir demain avec ma tante et ma cousine, et que je ne puis raisonnablement m'en dispenser, je ne saurais, ma chère amie, profiter de l'offre gracieuse que vous nie taites. Je n'ai point d'autre excuse, et vous me connaissez trop bien pour douter de ma sincérité.

Avouez, monsieur, que vous êtes bien paresseux. Quoi! deux semaines entières se passent sans vous voir, et même sans recevoir de vos nouvelles. Vous négligez vos amis; vous n'en avez cependant point de plus sincère que moi. Venez donc vous excuser de la longueur de votre absence; je vous attends ce soir.

Réponse. Vous ne serez plus surpris, monsieur, de mon absence, quand vous saurez, que j'ai eu depuis quinze jours un mal de

reux. Que m'aurait-il servi de vous en informer? D'ailleurs, vous saurez que je suis naturellement indolent: c'est mon faible. Ce soir, sans faute, j'irai vous voir.

Mme. Duclos souhaite le bonjour à M. Caperonnier. Comme elle va ce soir, au bal, elle ne pourra pas avoir le plaisir de le voir aujourd'hui, et prie M. C. de ne vouloir bien venir demain qu'à onze heures.

250

LETTRES DE COMMERCE, &c.

Lya, dans chaque pays, un style particulier pour la correspondance mercantile, c'est à-dire, une manière de s'exprimer par écrit, qui sans différer beaucoup du langage commun d'une nation, en est cependant distinguée par certains termes et certaines expressions, qui ne sont en usage que pour ce style. Voici les caractères propres de

ces lettres. Les lettres des négocians et des marchands doivent être concises et claires. Dans les

expressions des ordres et aris, on doit plutôt observer beaucoup de circonspection et d'exactitude, qu'un langage éloquent et fleuri. Les cérémonies et les complimens en doivent être bannis, ou du moins on doit s'en servir très-peu ; parce que dans les affaires de négoce, on ne doit envisager que l'utile : et, d'ailleurs, le négociant qui a

besoin de son temps le doit ménago, et l'employer arantageusement. Quand on a plusieurs sujets à traiter, il est bon de commencer une nourelle ligne à

chaque chungement de matière: car cet usage est très-commode pour les personnes à

qui on écrit. Un négociant qui écrit dans les pays étrangers doit être très-réservé sur les nouvelles, et

purticulièrement celles d'état, dans ses lettres ; de peur de s'altirer des affaires, et de

faire arrêter ses lettres. Un correspondant vu facteur, qui reçoit une lettre, doit être fort exact à répondre

cuirement, article pur article, à tout ce qu'elle contient, de crainte de préjudicier son commerce, en y omettant quelques particularités, oue en y laissant la moindre ambiguité.

D'un jeune Durchund d un marchand une petite partie des articles qne je en Groe.

tiens, que je vous commets comme un

échantillon de leur qualité et de la MONSIEUR, Sur la recommanda- modération de leur prix. S'il vous plaition d'un voisin, qui s'est beaucoup sait de renouveller votre commande, je étendu sur votre réputation, je crois ferais tout ce qu'il dépendrait de moi devoir, en entrant dans le commerce, pour me montrer digne de votre bienm'adresser à vous, pour vous prier de veillance. Je suis, en fe:ant des ræux m'envoyer une certaine quantité de sincères pour vos succès, votre recomarchandises convenables à un jenne nnaissant serviteur. homme qui commence, de la première qualité et aux prix les plus raisonnables: D'un Négociant à un Parat. ce que je me crois d'autant plus fondé

MON CHER COUSIN, - Connaissant à espérer, que mon intenti

est qu'à l'avenir toutes les affaires que nous te- sitions à mon égard, je prends la liberté

votre bon cæur et vos honnetes disporons soient au comptant.

de vous faire part de mon présent emJe suis, monsieur, &c.

barras, me flatiant d'éprouver les edets

de votre bienveillance accoutumée. Je Réponse du Marchand en Gros.

me trouve, pour le moment, dans une MONSIEUR,-En réponse à l'honneur position très-difficile; et si vous ne me de la vôtre du 6 du courant, je vous procurez sur le champ la somme de kuit enverrai par un roulier qui part demain mille livres sterlings, il faudra nécessaire

* On appelle, en Français, négocians ceux qui ne font le commerce que pour les pays étrangers; et l'on nomme marchands ceux qui ne trafiquent, soit en gros ou en détail, que dans l'endroit où ils résident.

« PrécédentContinuer »