Images de page
PDF
ePub
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small]

DES

ANCIENNES LOIS FRANCAISES,

DEPUIS L'AN 420, JUSQU'A LA RÉVOLUTION DE 1789;

PAR MM.

ISAMBERT, Avocat aux Conseils du Roi et à la Cour de cassation;
DECRUSY, ancien Avocat à la Cour royale de Paris;
ARMET, Avocat à la Cour royale..

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

PARIS
BELIN-LEPRIEUR, LIBRAIRE-ÉDITEUR, QUII DES AUGUSTINS,
VERDIÈRE, LIBRAIRE , QUAI DES AUGUSTINS

N° 55.

N° 25.

WW

OCTOBRE 1827.

N° 2.

ORDRE du conseil ilu roi , tenu par les princes, pour la

convocation des états généraux à Tours. 1483. (Perdu , mais relaté dans le procès-verbal des états.)

N° 3. - Lettres de confirmation du chancelier de France (1)

Amboise, 22 septembre 1483. (Registrées au parlement de Paris le 17 novembre,

pag. 372.)

CAROLUS, etc. Ad regnorum et regnantium cedit splendorem , quód insignibus officiis et dignitatibus præficiantur viri, genere, moribus, doctrina conspicui, quòdque illi magnificis titulis et honoribus extollantur, qui regum lateribus assistunt, ut eorum exem: plo cæteri invitentur ad virtutem et studia gloriæ. Cùm itaquecharissimus dominus et genitor noster, cujus anima in pace quies cat, dudum in suum et regni sui cancellarium elegerit, delectum et fidelem nostrum Guillelmum de Rochefort militem, cùmque nobis magnoperè commendavit, dům vitam agebat, quin imo morti proximus in ultimâ voluntate sua expressè et speciaJiler edixerit, ne pacto ullo præfatum Guillelmum destitueremus à cancellariatûs officio, in quo, fideliter , probė, diligenter, purè sanctè et justė versatus est, adeò etiam ut charissima domina et genitrix nostra hoc ipsum velit et cupiat vehementer.

Notum igitur facimus, quod nos attendentes summam ipsius Guillelmi de Rochefort integritatem, fidem, constantiam, vigilan. tiam, experientiam, prudentiam, doctrinam et justitiam, eum,

raient maintenus, sauf réserve des actions de ceux qui avaient été dépossédés. Lors de l'enregistrement au parlement, le 29 janvier, il fut d'abord donné communication des lettres aux opposans; on les admit à plaider leurs moyens

le
19

février et jours suivans. Ils dirent que les ordonnances n'avaient pas été faites avec les solennités accoutumées ; les ducs d'Orléans, de Bourbon, d'Alençon, etc., étaient présens. Il avaient été injustement dépossédés contre le droit canonique et écrit, contre les ordon. de Philippe et de Louis Xl, en 1467. On doit justice à tout le monde, etiam diabolo. L'avocat général Lemaître dit que ce qui avait été fait avant le couronnement n'était pas une loi , et qu'on devait juger les causes des destitutions éprouvées par les possesseurs d'office; ce qui eut lieu en effet; mais on ignore le résultat. Il y eut probablement réintégration des opposans.

(1) Elles sont fondées sur les Défenses qu'avait faites le feu roi en sa dernière volonté, de ne le point destituer de l'office de chancelier, ct sur le désir gu'en montrait la reine mère du roi.

V. ci-après les provisions de G. Briçonnet en 1495.

exconsilio principum sanguinis nostri, et aliorum procerum,atque consiliariorum nostrorum, eligimus, fecimus, ordinavimus, et retinuimus nostrum ac regni nostri Francice cancellarium et consiliarium specialem : dantes, et tenore præsentium concedentes præfato Guillelmo plenam potestatem, authoritatem et mandatum speciale agendi, ordinandi et exercendi omnia quæ ad officium cancellarii Franciæ, hujusmodi officio cancellarii plenè, pacificè, et integrè utatur et gaudeat, ad vadia, salaria, et stipendia ordinaria et extraordinaria, et ad alia jura, honores, utilitates , profiscua,præeminentias,et emolumenta consueta,quæ alii cancellarii Franciæ percipere et habere consueverunt modo et formå quibuscumque.

Quocircà dilectis et fidelibus consiliariis nostris gentibus , parlamentum nostrum Parisiis tenentibus omnibusque aliis justiciariis officiariis, el subditis nostris quibuscumque, cujuscumque authoritatis, statüs, dignitatis, aut conditionis exstant, per easdem præsentes mandamus, quatenus prædicto Guillelmo de Rochefort, consiliario nostro tanquam cancellario Franciæ , à

quo solitum recepimus juramentum, pareant et diligenter intendant; mandantes insuper gentibus camere compotorum, et thesaurariis nostris Parisiis, ut vadia, salaria et stipendia supradicta, ad dictum officium pertinentia , præfato Guillelmo, aut ejus certo mandato, tradi et persolvi faciant, modo et terminis consuetis, quæ sic soluta insolventium compotis præfates, aut corum vidimus sub sigillo regio confectum, simul cum quittantia rcportando , allocari, et de eorum receptâ deduci, sine ulla contradictione volumus, et jubemus, ordinationibus seu mandatis non obstantibus quibuscumque. In cujus rei testimonium sigilJum nostrum præsentibus litteris duximus apponendum.

Sic signatum per regem, domino duce Aurelianensi, comitibus Claromonsensi et Bressiæ episcopro presentibus.

N° 4. ORDONNANCE portant révocation des domaines

aliénés (1) Amboise, 22 septembre 1483. í Preuves de Charles VIII, pag. 353. Mémor. Chambre des comptes,

fo 9, colé s. ) CHARLES, etc. Comme nagueres après le trepas de nostre très

(1) Ce roi les a engagés comme les autres, notamment pour la téméraire et injuste expédition contre Naples,

« PrécédentContinuer »