Images de page
PDF
ePub

TRAVAUX
D'HERCULE.

TROISI E’ME PARTIE.

DIALOGUE
Entre Hemskerke ello Mylord Paget:

A PARIS,
Chez CLAUDE MAZUEL, Imprimeni
& Libraire, ruë Saint Jacques, devant
la ruë du Plâtre, dans la Maison

de la vieille Pofte.

M. DC. XCIII..
Avec Privilege du. Roy.

P

Extrait du Privilege du Roy.
A R grace & Privilege du Roi , donné à

Paris le 7. Janvier 1693. Signé par le Roy en son Conseil

, Boucher. Il est permis à Claude Mazuel, Imprimeur & Libraire à Paris , d'imprimer un Livre intitulé Les TRAVAUX D'HERCULE, en un ou plusieurs Volumes , & autant de fois que bon luy sem. blera , & iceluy vendre & debiter par tour le Royaume , pendant le temps & espace de fix ans : Faisant Sa Majesté tres-expresses deffenses à tous Imprimeurs, Libraires & autres , de contrefaire ledit Livre, d'en vendre de contrefaits , ny d'Impression érrangere, à peine de Trois mille livres d'amende , confiscation des Exemplaires, & de tous dépcas, dommages & interests ; ainsi qu'il est plus au long contenu audit Privilege.

Registré sur le Livre de la Communauté des Imprimeurs dos Libraires de Paris, le 9. Jana vier 1698. Signé P. Aus OÜYN, Syndic.

[merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors]

DIALOGUE
Entre Hemskerke & Mylord Paget,

HEMSKERK E.
H! ab ! Monsieur le Mylord Paget,
A

vous soyez 'le bien venu dans Andrina ple avec vôtre Caractere representatif ; & qu'esperez-vous faire en ces Quartiers ?

M. PAGET
La Paix entre les deux Empires.

HEMSKERKE.
Si c'eft-là le but de vôtre Mission , vous
pouviez vous dispenser de la peine que vous
avez prise. Non, croyez-moi, je vous le
dis fincerement, vous ne ferez rien ici , re-
montez sur votre Guilledin ; nôtre Poudre
eft éventée , & nos Amorces ne prendront
point.

M. PAGET. Je ne pretens pas sortir d'ici fans bête verdre, encore fautil faire une tentative; Pour. quoi voulez-vous qu'on ne m'écoure 'pas fi je propose des choses raisonnables

HEMSKERK E.' Retournez vous-en , vous dis-je, vous ne

A ij

3. Partie

sçavez point en quel état Cont ici les afaires, & on nous les peint dans nos Contrées tout autres que vous ne les reconnoîtrez fi vous y restez & que vous pratiquiez un peu la Porte.

M. PAGE T. Mais ne croyez-vous pas qu'en ofrant au Sultan de rendre la Drave & la Teysse, les bornes des deux Empires , & lui donnant même le Pont d’Estek, alin

que

l'Esclavonic qui lui demeureroit fût entierement à couvert de l'incurfion des Allemans; Ne croyez-vous pas , dis-je , qu'en lui faisant ces offres il ca acceptera le parti ?

HEMSKERKE. C'eft ae lui rien offrir que ce que l'Empereur a déja voulu lui donner ; mais le Turc n'en a pas voulu seulement écouter les propofitions, il faut bien d'autres avances pour pouvoir entrer en negotiation , & à vous parIer franchement , à moins qu'on ne soir refolu à rendre Bude & toutes les Conquêtes , il n'y a rien à proposer.

M. PAGET. Bude ? quoi ! la Capitale de la Hongrie, que

deviendroient tous les projets fondez sur l'Electorat qu'on y veut établir ? Non, non, ne croyez pas que l'Empereur la rende jamais, & fi c'est là une condition ncceffaire pour la Paix, il ne faut que se preparer à la Guerre. Mais au lieu de toutes ces offres que vous n'aprouvez pas, fi je declarois la Gaerre au Turc de la part du Roy Guillaume

« PrécédentContinuer »