Images de page
PDF
ePub
[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

A LYON,
Chez THOMAS AMAULRY,
cuë Merciere, au Mercure Galanc,

M. DC. LXXXIII.
AVEC PRIVILEGE DU ROY.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small]
[ocr errors]

len ne peut mieux estre reo

çeu du public , que l'a esté le dernier Mercure. Ce n'est pas que ce livre ne soit toûjours également travaillé, mais la matiere ne fc trouve pas toûjours égale. Les Habits qui sortent de la main des bons Ouvriers , sont aussi bien faits avec avec de la Serge , qu'avec du Brocard d'or, mais les uns brillent moins aux yeux que les autres. On voit dans les Mercures ce que l'Histoire n'apprendra point, & qui demeus reroit ensevely dans un oubly etero mel. Si du temps des Romains on avoit écrit un pareil détail , nous on sçaurions mille choses à fond, que leurs Histoires n'ont faire

deviner qu'à ceux qui vivoient de ce temps-, & qui connoissoient leurs Loix , leurs coûtumes , leurs Festes , dar leurs manieres d'agir en toutes choses. Cela ne suffit pas mesme encore ; car ceux qui auront les les Gazetes & noftre Histoire , ne pourront par

de la Nouvelle , deviner le détail qui eft dans les Mercures. On a traité trois matieres à fond le mois passé. c'est ce qui avoit obligé de réserver plusieurs Articles ausquels il a falu donner place dans ce Volume. Cela n'a pas empesché que l'on n'ait fait une Relation tres-curieuse de tout be qui s'est passé à S. Denys le jour de l'Inhumation du corps de la Regne. Famais en pareille occasion on n'a defcendu dans un détail si exact. On y voit des choses qui n'ont point encore efté imprimées , ny peut-estrę Temarquées. Un fi long Article ayant

le gros

when

[ocr errors]

pris beaucoup de place , on n'a pu rien mettre dans ce Volume touhant l'Affaire d' Alger. On en donnera la firite le mois prochain avec la mefme exactitude qu'on a déja fait le commencement. Quant à l'Artiche de la Conspiration d'Angleterre qu'on avoit promis & que plusieurs ont demandé, on ne le donnera point que tout ce qui la regarde ne soit finy. Quoy qu'on ait reçeu un grand nombre de Memoires touchant les Services qui ont esté faits pour la Reine dans les Provinces , on n'a parler que de ceux de S. Denis de de N. Dame, qui n'ont point laissé de place pour les autres. On a crú d'ailleurs qu'il n'en falloit pas tant mettre dans le mesme Volume, parce que la diversité plaist , de que la mesme matiere ennuye , quelque belle qu'elle puisse estre. On en remet donc beaucoup pour le mois pros

« PrécédentContinuer »