Lexique roman: ou, Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l'Europe latine, précédé de nouvelles recherches historiques et philologiques, d'un résumé de la grammaire romane, d'un nouveau choix des poésies originales des troubadours, et d'extraits de poëms divers, Volume 4

Couverture
Silvestre, 1842
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Fréquemment cités

Page 360 - France, deçà, delà les mons, un chascun aujourd'huy soy instantement exercer et travailler, part à la fortification de sa patrie, et la défendre, part au repoulsement des ennemis, et les offendre...
Page 508 - ... conduis lo a la cort de la comtessa de Burlatz, que era filha del pros comte Raimon, molher del vescomte de Beders que avia nom Talhafer. — Aquel Arnautz e cantava be e legia be romans: si era avinens hom de sa personna, e la comtessa li fazia gran be e gran honor. Et el enamoret se d'ela, e d'ela fazia sas cansos; mas non las auzava dire a ela ni a negun per nom qu' el las agues faitas, ans dizia que autre las fazia.
Page 84 - ... nécessaire' (f 6ir; oc ii.28; e 37). Après l'allaitement maternel, le grand plaidoyer de Rousseau porte sur la condamnation du maillot, et en cela aussi il suit Lycurgue: 'Les nourrices aussi usoient de certaine diligence avec artifice à nourrir leurs enfans, sans les emmailloter, ny lier de bandes, ny de langes, de sorte qu'elles les rendoient plus délivres de leurs membres, mieulx formez, et de plus belle et 268 gentille corpulence. . .
Page 504 - II (Théodoric) ne crut pas Dieu le notre créateur; Pour cela ne le voulut Boëce à seigneur , Ni point de lui ne voulut tenir sa dignité. Il l'enseigne si bien avec son discours, Et Théodoric accueille tout en mal sa raison : Par grande envie de lui voulut faire félon. Fit un bref faire par grande tromperie , Et de Boëce écrire fit le nom.
Page 66 - Apostres tesmoingnent, aussi comme vous >> oez chanter au dy manche en la credo. » 25. 11 me dist que l'evesque Guillaume de Paris li avoit conté, que un grant mestre de divinité estoit venu à li et li avoit dit que il voulait parler à li; et il li dist : « Mestre, dites vostre » volenté; » et quant le mestre cuidoit parler à l'Evesque, et commença à plorer trop fort.
Page 271 - ... 271. Diez, 250. Senher dieus, que fezist Adam, Et assagiest la fe d'Abram, E denhest penre carn e sane Per nos, tant fust humils e franc! Pueis liuriest ton cors a martire, Don mos cors en pessan m'albire Que trop fesist d...
Page 87 - Ed acciochè quell0 , che a me par di fare , conosciate , con poche parole ve LO intendo di dimostrare. » Boccac. Decam. I. EN , NE , furent aussi employés en forme de pronom démonstratif invariable. FRANÇAIS : La langue française a conservé cette forme romane , mais elle a autrefois employé NE pour EN. Ja l'esté n'avera tel chalor Que l'evve NE perde sa freidor. Roman de Prolheslaus , ms.
Page 118 - Nonostante il suo argomento sia assai scabroso, egli inizia e termina con molta solennità e compostezza: Un estribot farai que er mot maistratz de motz novels e d'art e de" divinitatz, qu'ieu ai en Dieu crezensa, que fon de maire natz; Mon estribot fenisc, que es tot compassatz, c'ai trag de gramatica e de divinitatz, e si mal o ai dig, que-m sia perdonatz, que yeu o die per Dieu, qu'en sia pus amatz, e per mal estribatz clergues.
Page 87 - Monges, d' aisó vos aug dir gran erransa, Que ill nostre son franc e de bel solatz; Gent acuillens e de gaia semblansa Los trobaretz e dejús e disnatz; E per els fo premiers servirs trobatz; E podetz bcn en Peitau o en Fransa Morir de fam, s
Page 531 - Que non reman per pías ni per boyssos, Enans los fai dos e dos remaner Per sa forsa, c' us no s' auza mover, E cuia ben penre d' aissi enan Las grans aiglas ab los esmerilhos. Et ab buzacx metr

Informations bibliographiques