L'Année littéraire, ou, Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volumes 5 à 6

Couverture
1777
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 288 - Majesté juge divinement bien de toutes choses ; il est vrai que voilà le plus sot et le plus ridicule madrigal que j'aie jamais lu. Le roi se mit à rire, et lui dit : N'est-il pas Vrai que celui qui l'a fait est bien fat? Sire, il n'ya pas moyen de lui donner un autre nom.
Page 271 - Les auteurs ne fe feront connoître ni directement , ni indirectement ; ils mettront une •devife à la tête de l'ouvrage , & y joindront un billet cacheté qui contiendra la même devife , leurs noms & le lieu de leur réûdence.
Page 288 - Ah ! sire , quelle trahison ! que Votre Majesté me le rende, je l'ai lu brusquement. Non, M. le maréchal, les premiers sentiments sont toujours les plus naturels. Le Roi a fort ri de cette folie; et tout le monde trouve que voilà la plus cruelle petite chose que l'on puisse faire à un vieux courtisan.
Page 99 - Est de se croire un droit exclusif au génie; Flatteurs en affichant le mépris des grandeurs; De tout ce qu'on révère audacieux frondeurs ; Pleins de crédulité pour des faits ridicules, Et sur...
Page 278 - En effet, ce n'est point ce que l'on pense : la Providence nous conduit avec tant de bonté dans tous ces temps différents de notre vie , que nous ne les sentons quasi pas ; cette perte va doucement, elle est imperceptible : c'est l'aiguille du cadran que nous ne voyons pas aller.
Page 79 - Qui suit bien ses leçons goûte une paix profonde , Et comme du fumier regarde tout le monde.
Page 288 - Monsieur le maréchal, lisez, je vous prie, ce petit madrigal, et voyez si vous en avez jamais vu un si impertinent. Parce qu'on sait que depuis peu j'aime les vers, on m'en apporte de toutes les façons.
Page 154 - C'est vrai , j'ai tort, mais telle est ma tournure; II faut me le passer, et je n'ai pas dessein De vous faire la moindre injure. Pardonnez-moi. Je suis un franc marin, Brave, loyal , honnête au l'uni I de l'âme , Un peu brusque, il est vrai ; dur...
Page 288 - ÏS'eft-il pas vrai que celui qui l'a fait eft bien fat ? Sire , il n'ya pas moyen de lui donner un autre nom. Oh bien ! dit le Roi , je fuis ravi que vous m'en ayiez parlé fi bonnement: c'efl moi qui l'ai fait.
Page 247 - L'autre moitié refta dans les plaines de Mars. II difperfa par-tout fes membres & fa gloire. Tout abattu qu'il fut, il demeura

Informations bibliographiques